la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1131035
Aujourd'hui : 385
En ligne : 1

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Travailler dans une fonderie, « c’est pas Germinal » !

Ouest France - Un préparateur de fusion s’occupe de couler du métal à plusieurs milliers de degrés. Dans le groupe SJI, seuls 5 % de la production provient du métal, le reste est fait à partir d'aluminium. | Timothée GIGAN SANCHEZ

La notoriété grâce à une innovation un procédé de moulage nommé croning. Gwenaël Plisson l’explique : « Un mélange de sable et résine est injecté à un moule métallique, chauffé à 270°C. Par polymérisation, le sable durcit. La demi-carapace obtenue est assemblée à sa jumelle. C’est à l’intérieur de ce moule qu’on coule l’alliage de fonte ou d’acier inox. »

Ce procédé, qui fait encore sa notoriété, est développé au début des années 1960 quand l’entreprise se lance dans l’activité de fonte et d’acier. Le 1er janvier 2012 : rachat par SJI marque le début d’une nouvelle ère.

Scania ou Maserati comme clients « Le groupe d’Émile Di Serio est à l’international, note Jean-Jacques Lucas, directeur du site de Changé, depuis quatre ans. En 2017, il a fait un chiffre d’affaires (CA) de 370 millions d’euros. » La société familiale possède une dizaine d’unités à travers le monde. La petite usine mayennaise et ses 148 salariés offrent un résultat notable, avec « 21 millions d’euros de CA en 2017 ».

« Ici, on travaille à 95 % sur des composants pour l’automobile et les poids lourds, reprend Gwenaël Plisson,

de la 507 à l’Audi, de la Ford à l’Aston Martin. On s’est diversifié avec des composants de freinage, de transmission pour les camions, des carters turbines, collecteurs d’échappement… » Mais l’entreprise peut aussi se vanter de faire « dans le premium », avec des pièces complexes et haut de gamme. Ainsi, le constructeur de poids lourds suédois, Scania, ou certaines voitures de luxe (Maserati, AMG) font appel aux services de la fonderie lavalloise.

Commentaires

1. Le samedi, 10 mars 2018, 23:21 par nico

peut être ; c'est pas germinal; mais moi j'ai juste une question, toujours en mayenne; anciennement MFI ,

il y avait un cubilot où le laitier etait recupere tout les jours et mis pres de la riviere derriere la fonderie, il y en avait un nombre tres important; apres fermeture d'une fonderie que devient cela ? quel risque sur cette même riviere?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet