Dans l’assemblée, une majorité d’anciens fondeurs.

Lundi, s’est tenue la seconde assemblée générale de l’Association des fondeurs d’Antoigné, en la salle des fêtes de Sainte Jamme-sur-Sarthe. Elle faisait suite à la première qui n’avait pas obtenu le quorum, sur fond de désaccord au sein de l’équipe dirigeante que préside Gérard Viel, depuis onze années.

Des désaccords

C’est en présence d’une soixantaine de personnes dont la grand majorité anciens de la fonderie, mais aussi, cette fois d’élus avec David Cholet, président de Maine Cœur de Sarthe, de Véronique Cantin, conseillère départementale, de Jean-Luc Suhard, maire et du président de l’office de tourisme, entre autres que se déroulèrent les débats animés visant principalement le président de l’association et sa façon de gouverner. Le principal désaccord se trouve entre le président, un vice-président et la secrétaire pour cause d’une exposition. Tout au long de la longue soirée, Gérard Viel a eu pour seul leitmotiv : « On est venu me chercher. Je suis président, et je resterai président », concluant ainsi chaque discussion. Les élus prirent tour à tour la parole, pour rappeler au président et à l’auditoire que « si l’association ne retrouvait pas sa sérénité, il ne faudrait plus compter sur leur aide ».

« Qu’allons-nous faire du site ? »

Le président de la communauté de communes tenta d’apaiser les débats, sans y parvenir : « C’est un moment difficile et de conflit. Que faisons-nous avec cette scission pour demain ? Peut-être devriez-vous être accompagnés, vous avez des caractères très forts », et de se poser la question : « Qu’allons nous faire du site ? ». Restant sur ce statut quo, le président rappela les bilans de l’année 2020 et fit procéder au vote du tiers sortant où cinq postes étaient à pourvoir.