PATRICK BELLITY Rien ne vaut un beau graphique en couleur pour analyser et interpréter les tendances d’un secteur économique ou l’évolution de l’industrie d’un pays sur le temps long.

Cette expression nouvelle qui redéfini le temps comme un espace donné et limité, alors qu’il devrait être infini, permet d’appréhender l’évolution du monde sous deux modes temporels : Le temps court et le temps long.

Le temps court est le temps de l’agitation, des déclarations tonitruantes, des promesses, des décisions sans effets, des palabres futiles qui déçoivent, du gain facile. Ce temps là n’a pas de perspective il est en trompe l’œil, il échappe à une analyse rationnelle, c’est le temps de l’émotion, c’est le temps inutile.

Le temps long prend le temps de l’analyse, se donne un objectif comme un point fixe à l’horizon qu’il faut atteindre coûte que coûte. Ce temps là ne trompe jamais l’œil, il vous livre avec gravité la situation dans toute sa vérité. Il vous apprend ainsi que les décisions prises à la hâte sous la pression des modes et les renoncements attisés par les pensées uniques générées par des minorités actives seront au rendez vous un jour au détour d’un graphique. Je vous laisse le temps d’en faire votre analyse.