Par où commencer ? La structure peut-être. Pour racheter Aluminium Dunkerque, ce n’est pas une filiale qui a été créée par GFG Alliance, mais un enchevêtrement de holdings, des sociétés s’emboîtant telles des poupées russes, aux noms si proches qu’on s’y perd vite. Tentons de cheminer ensemble. Tout en bas, Liberty Aluminium Dunkerque SAS (renommée depuis Alvance Aluminium Dunkerque) et sa petite sœur, Liberty Aluminium Service SAS, sises à Loon-Plage dans le Nord, là où se trouve l’usine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ascoval, Hayange... Pourquoi la faillite de l’établissement financier Greensill menace les aciéries françaises Ces deux entreprises – les seules à jouer un rôle opérationnel – sont détenues par Liberty Industries France, dont le siège est à Paris. Laquelle appartient à Liberty France Industries 2 SA, elle-même détenue par Liberty France Industries 1 SA, toutes deux enregistrées, elles, au Luxembourg. Celles-ci sont chapeautées par Liberty France Industries BV : cette holding est de droit néerlandais, mais elle a la particularité d’être gérée depuis Dubaï, où M. Gupta a ses habitudes, et où il se trouve depuis Noël 2020.