La difficulté était de pouvoir réalimenter les différents fours, de 8 à 75 tonnes, contenant du métal en fusion, pour éviter qu’ils ne se refroidissent, que le métal durcisse et endommage l’outil de production. Les pompiers évoquaient également un risque de rupture des fours et d’écoulement du métal.

Les 42 salariés présents sur le site, en production au moment des faits, ont été évacués. Certains attendaient de pouvoir reprendre leurs affaires pour rentrer chez eux.

Vers du chômage partiel ? Pour Jean-Pierre Garnier, PDG de l’entreprise, présent sur le site, il était trop tôt pour savoir quand l’activité pourrait reprendre et si du chômage partiel serait mis en place. Ce dernier attendait de mesurer l’ampleur des dommages dans le bâtiment. La partie maintenance n’est pas impactée.

La société, spécialisée dans la fabrication de pièces de freinage en fonte (tambours et disques), emploie 270 salariés.