L'expo "Le Chat déambule" est prévue du 26 mars jusqu'au 9 juin sur les Champs-Elysées.

Entre Concorde et le Rond-Point, le Chat est représenté en tutu de danseur, en fakir, ou encore en haltérophile. "Il y a aussi plusieurs sculptures engagées, précise Philippe Geluck. Il y a une sculpture inspirée du martyr de saint Sébastien, en hommage aux dessinateurs assassinés, à mes amis disparus, mais aussi à tous les caricaturistes du monde. Il y a également le Chat portant - comme Atlas - la sphère céleste, mais remplie de bouteilles en plastique… Il y a aussi une sculpture qu’on a lâchée sur une automobile, une vraie, écrabouillée. J’ai écrit sur le socle : "Pour une fois, c’est une voiture qui s’est fait écrasée par un chat"."

Le dessinateur, qui sculpte depuis de nombreuses années, fait part de son émotion : "Tout à l’heure, j’ai vraiment eu la gorge nouée, je n’arrivais plus à parler, et j’avais les larmes qui montaient, quand j’ai vu arriver un des camions, non bâché, avec les sculptures. On a reçu des photos sur les réseaux sociaux de la part de gens qui l’avaient vu passer sur l’autoroute, et qui n’en revenaient pas."

"Est-ce que je suis un mégalo, ou bien le Chat l’est-il ?" Le projet d’exposition sur les Champs-Elysées est né il y a trois ans lorsque Philippe Geluck travaillait sur l’ouverture du Musée du Chat et du dessin d’humour à Bruxelles, dont l’ouverture est prévue pour 2024. "Est-ce que je suis un mégalo, ou bien le Chat l’est-il ? Moi, je ne le suis pas, lui l’est totalement. Je pense sincèrement que chaque artiste est un mégalo. Faire un tableau pour le mettre sur un mur et espérer que des gens viennent le voir, et l’applaudisse éventuellement, voir l’achète, c’est mégalo. Un enfant qui fait un dessin, qui en est fier et qui vient le montrer à sa maman, c’est mégalo. Dès qu’on exprime ce que l’on a à l’intérieur de soi, on a un petit côté mégalo." Si le Chat pouvait, comme dans l’Arche de Noé, être la colombe qui arrive avec le rameau d’olivier, ça serait le plus joli signal que je puisse envoyer à mes confrères qui souffrent.

Philippe Geluck

L’expo intitulée "Le Chat déambule", qui devait initialement être inaugurée le 9 avril 2020, avait été repoussée en raison de la crise sanitaire. Philippe Geluck, muni d’un masque où son Chat dit "Votre sourire me manque", se réjouit aujourd’hui d’"apporter un peu de joie" : "Je voudrais tellement que cette exposition soit le coup d’envoi de la réouverture des lieux culturels, des musées, des cinémas. Ça va venir. Si le Chat pouvait, comme dans l’Arche de Noé, être la colombe qui arrive avec le rameau d’olivier, ça serait le plus joli signal que je puisse envoyer à mes confrères qui souffrent."

Si les statues (à découvrir gratuitement en plein air) ont pu être installées malgré la pandémie, l’exposition "Le Chat à Matignon" organisée en parallèle par la galerie Huberty & Breyne, pour présenter entre autres des dessins préparatoires ainsi que certains bronzes au format original, n’a été maintenue que dans un format virtuel. L’expo sur les Champs-Elysées, elle, doit durer jusqu’au 9 juin prochain.

L’événement est itinérant : les statues du Chat déambuleront ensuite à Bordeaux du 17 juin jusqu’au 2 octobre, puis à Caen du 7 octobre jusqu’au 20 février 2022. A noter aussi la sortie de l'album-catalogue de l'expo, Le Chat déambule, qui vient d'être publié chez Casterman, et qui retrace l'histoire du projet avec des photos et des dessins inédits.