L'Usine Nouvelle -

Entretien avec le patron du groupe indien Jindal- C’est un dossier industriel chaud du gouvernement. Le 17 juillet, le tribunal de commerce de Strasbourg doit examiner les cinq offres déposées pour la reprise du site de France Rail Industry (FRI) à Hayange (Moselle), seul fabricant de rails de l'Hexagone et principal fournisseur de la SNCF. Parmi les candidats figure le géant indien Jindal Steel & Power. Entretien exclusif avec son président, Naveen Jindal.

Nous voulons faire de France Rail Industry le plus grand producteur de rails d’Europe. Entretien avec le patron du groupe indien JindalNaveen Jindal, président de Jindal Steel & Power, détaille sa proposition pour FRI Hayange et explique pourquoi il ne souhaite pas y intégrer Ascoval.© Jindal

Un dossier ultra-sensible suivi de près par le gouvernement français, qui appelle à une reprise concomitante de l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve (Nord).

Sur les rangs figurent

ArcelorMittal,

le groupe indien Jindal,

le groupe britannique Olympus Steel (déjà propriétaire d’Ascoval),

Liberty Steel (branche acier du groupe indo-britannique GFG Alliance) et

British Steel (du groupe chinois Jingye).

Dans le cadre d'un comité social et économique organisé le 15 juillet, l’intersyndicale de FRI indique avoir émis un avis "favorable" à l'offre de reprise de Jingye, qui "semble être la plus intéressante", et donné un avis "défavorable" aux quatre autres candidats. "Même si les Chinois n'ont pas bonne réputation en matière de reprise, que l'on ne connaît pas leur réelle volonté, que leur plan industriel est aujourd'hui ambitieux (450 000 tonnes), ce sont les seuls à avoir un projet réalisable pour Ascoval", se justifie l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC et FO.

Dans un entretien exclusif à L’Usine Nouvelle, Naveen Jindal, le président de Jindal Steel & Power (unique fabricant privé de rails indien, déjà exportateur de rails vers le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie du Sud-Est, et filiale du conglomérat O.P. Jindal aux 22 milliards de dollars de chiffre d’affaires), détaille sa proposition pour FRI Hayange et explique pourquoi il ne souhaite pas y intégrer Ascoval.