Les Echos - Cette fonderie de précision installée en Ariège a arrêté la fabrication de pièces pour le moteur du B737 MAX au premier trimestre, alors qu'elle avait prévu d'agrandir l'usine pour suivre la cadence. Elle envisage de recourir au chômage partiel. La fonderie Taramm a été reconstruite en Ariège en 2016 après avoir brûlé dans l'agglomération toulousaine. (DR)

Depuis janvier, l'usine Taramm, à Mazères (Ariège), ne tourne plus qu'à 50 %. Cette fonderie de précision à la cire perdue de 145 salariés coule des pièces en alliage de titane des réacteurs LEAP des moyen-courriers B737 MAX et A320neo, comme les conduits d'air.