Cette idée un peu folle a un coût estimé à 450 000 €. « Nous souhaitons qu'elles soient en bronze et non en plâtre comme à l'origine. Un matériau qui n'a pas résisté longtemps puisque, dès 1940, elles ont été démontées. Nous avons déjà 50 000 EUR. Je suis sûr que l'on va réussir », lance le septuagénaire.

Il a d'abord obtenu le feu vert de principe de la mairie de Versailles, avec laquelle une convention d'occupation temporaire du monument va être signée. « C'est pour nous permettre d'avoir la maîtrise d'ouvrage. La municipalité ne versera pas un centime », assure Jean-Claude Martin.

Il y a quelques mois, le projet a été validé par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac). Dernière étape enfin, une convention a été passée avec la Fondation du patrimoine afin de recueillir les fonds d'une souscription publique qui va être lancée.

Jean-Claude Martin compte également sur la générosité des Américains : « Je me suis rapproché d'une association afin de pouvoir recueillir des fonds. » L'inauguration théorique est prévue le 13 juin 2017, soit cent ans après la venue de Pershing à Versailles. « J'espère que nous pourrons aussi dire La Fayette nous voilà comme l'avait fait le général Pershing en 1917 », conclut Jean-Claude Martin.

Association Pershing-La Fayette Versailles, 10 ter, rue Neuve- Notre-Dame à Versailles. Tél. 06.08.65.98.09.

 Le Parisien