Le groupe Fusium, qui inclut Fonderie Saguenay et TMA, a fait l’acquisition de Fonderie BSL. Cet achat permet à Fusium d’ajouter un autre alliage à son offre, puisque Fonderie BSL se spécialise dans les aciers, dont l’acier inoxydable et l’acier hautement allié.

La division Fonderie Saguenay se concentre sur la fonte, tandis que

TMA, basée à Trois-Rivières, produit des pièces en aluminium et en magnésium. « Nous pouvons ainsi toucher à plus d’industries. Nous avions aussi des clients communs. Certains nous demandaient des alliages que nous ne faisions pas, donc nous devions les référer, et c’était la même chose pour Fonderie BSL. Nous sommes maintenant capables de les offrir », indique Philippe Dubuc, président et directeur général de Fusium, actionnaire avec Alexandre Rouleau.

Une opportunité

Fusium a ainsi racheté toutes les actions de Fonderie BSL, mais l’ancien propriétaire est demeuré à titre de gestionnaire de l’usine, qui poursuit ses activités

Recrutement

L’intégration de l’entreprise porte à 90 le nombre d’employés de Fusium. Le groupe est toujours en recrutement, puisque ses gestionnaires souhaiteraient augmenter leurs effectifs de 10 à 15 %. « Pour assurer la croissance, le défi, c’est notre capacité de recruter de nouveaux travailleurs. Notre force, ce sont nos gens et notre savoir-faire », affirme Philippe Dubuc. La PME met d’ailleurs beaucoup d’efforts à développer l’expertise de son équipe. « Nous mettons beaucoup d’énergie et d’argent sur la formation de nos gens. Nous avons même un système de gestion de l’apprentissage (Moodle) en ligne de nos formations internes. Nous plaçons beaucoup l’accent sur la passation des connaissances. Nous aimons développer des fondeurs. C’est ce qui fait qu’on se démarque », souligne le PDG.

Comme plusieurs employeurs, Fusium s’est aussi tournée vers le recrutement international pour combler des besoins en main-d’œuvre. Cinq travailleurs d’origine tunisienne œuvrent chez Fonderie Saguenay depuis plusieurs années et ont maintenant obtenu leur résidence permanente. Cinq autres sont attendus au cours des prochains mois. Chez Fonderie BSL, deux membres de l’équipe sont natifs du Brésil. « C’est Immigration Québec qui nous accompagne pour le recrutement en Tunisie et jusqu’à présent, nous avons connu de beaux succès », conclut M. Dubuc.

Selon Philippe Dubuc, il y a de moins en moins de fonderies sur le marché nord-américain. « Les capacités en Amérique du Nord dans le secteur ont baissé au cours des 10 à 15 dernières années. Avec notre aptitude à offrir différents alliages, ça nous donne une grande force concurrentielle dans le marché ».

Fusium travaille avec la fonte *

 (Fonderie Saguenay), *l’aluminium et le magnésium (TMA) et

l’acier (Fonderie BSL).

Le groupe est reconnu comme un leader dans le domaine du moulage au sable pour son savoir-faire en matière de pièces complexes et de courtes séries. « Nous avons l’expertise technique. Nous sommes appréciés pour notre fiabilité, notre qualité et notre interprétation des besoins des clients. Nous sommes souvent recommandés à l’échelle locale et internationale », mentionne M. Dubuc.

Se positionner

Si Fonderie Saguenay est née afin de fournir les alumineries, ce marché ne représente plus que 30 % du chiffre d’affaires de Fusium. L’entreprise dessert maintenant des industries diverses, allant du traitement minier à l’aéronautique, en passant par l’automobile, les pompes et l’énergétique. « Nous n’avons pas de catalogue de pièces, nous produisons toujours sur mesure. Le client va nous demander une pièce avec ses dessins et ses spécifications », précise le PDG.

Afin de se positionner sur les marchés internationaux, les dirigeants de Fusium ont effectué une réflexion stratégique. Celle-ci les a menés à opter pour le développement d’industries, comme les mines ou l’automobile, plutôt que de zones géographiques. « Nous avons regardé les types de produit que nous pouvions réaliser pour chaque marché. Ensuite, nous avons repéré où ces marchés se trouvent à travers le monde », explique Philippe Dubuc.

Le territoire couvert par l’entreprise est donc immense, avec une équipe de ventes relativement réduite. « Nous misons beaucoup sur la stratégie numérique. Nous nous déplaçons également pour des salons et des expositions spécialisés, mais ça se passe beaucoup par Internet. »

Expansion

Actuellement, le Canada représente 50 % du chiffre d’affaires de Fusium, tandis que les États-Unis comptent pour 30 %. Le 20 % restant est réparti ailleurs dans le monde, dont les Émirats arabes unis, l’Australie et l’Islande. M. Dubuc souhaite prendre encore plus d’expansion à l’international au cours des prochaines années.

Développer le métier

Pour l’homme d’affaires, il est essentiel de demeurer à la fine pointe au niveau technique. « Nous aimons développer notre métier de fondeur. Nous sommes très pointus dans ce que nous faisons. »

C’est ainsi que l’entreprise a investi un million de dollars en 2016 afin de créer une modèlerie.