LA MONTAGNE -

"Sept-Fons a toujours dû se battre pour sa survie" L’ancien directeur Jean Maslard, entouré du patron actuel de l’usine, Olivier Bencteux, du secrétaire général de la préfecture Alexandre Sanz et du député Yannick Monnet. © François-Xavier GUTTON

La fonderie de Sept-Fons a fêté ses cent ans ce week-end. Une célébration qui a du sens, le site ayant dû sans cesse se battre pour sa survie. L’ancien directeur Jean Maslard, qui a connu trente-cinq ans de bouleversements et quatorze dirigeants, témoigne.

« La lutte pour la survie de la fonderie de Sept-Fons a parfois été rude, comme lorsque s’est engagée la bagarre finale avec la fonderie de Sochaux. Il y avait six usines de fonte chez Peugeot, il fallait qu’il n’en reste qu’une… », se souvient, avec émotion, Jean Maslard, qui aura 96 ans en novembre, et qui a dirigé l’usine de Sept-Fons de 1958 à 1991.

Vendredi, le site industriel qui compte près de 500 salariés a fêté son centenaire avec tous les officiels. Samedi, il a ouvert ses portes au public pour des visites des ateliers.