CONNAISSNCE DES ENERGIES

Facture d'électricité bientôt multipliée par dix : comme beaucoup d'entreprises, la fonderie Aluminium Sabart, dans l'Ariège, voit sa viabilité compromise, faute de pouvoir répercuter sur ses clients du secteur aéronautique la hausse du coût de production.

"En 2001, ma facture d'électricité était de 25 000 euros par mois. Elle est passée à 50 000 euros par mois en 2022, ça pique, mais ça passe. Maintenant, mon fournisseur m'annonce 600 000 à 800 000 euros par mois à partir du 1er janvier", déplore le directeur général de cette usine, Thierry Cavinato.

"Je n'ai pas la marge dans mon chiffre d'affaire pour absorber l'augmentation et mes clients iront voir ailleurs si je répercute proportionnellement la hausse. Nos produits vont devenir invendables", souligne cet homme de 52 ans, précisant que "l'énergie représente déjà 25% du coût de production".

Dans cette fonderie édifiée en 1929 par Pechiney, Aluminium Sabart fabrique un alliage d'aluminium de haute qualité pour Airbus, Boeing Défense, Dassaut Aviation et la division aéronautique de Rolls Royce. Environ 70% de la production est exportée sous forme de billettes, pièces tubulaires de 80 kg à huit tonnes, selon les besoins du constructeur.

À Tarascon-sur-Ariège, qui compte 3 000 habitants, au pied des Pyrénées, elle emploie une vingtaine de salariés et réalise un chiffre d'affaires de trois millions d'euros par an. Au plus fort de son activité, dans les années 1950, elle employait 1 000 personnes et le bourg vivait au rythme de l'usine. En liquidation judiciaire en 2017, elle a été reprise par le groupe chinois Hangzhou Jinjiang Group.

Dans la fonderie, aux murs et à la toiture noircis par l'activité métallurgique, les salariés vêtus de combinaisons argentées s'affairent autour des vieux fours, dont la température s'affiche à 750 degrés sur l'écran de contrôle.

Autonomie électrique révolue

"Dans la métallurgie, on consomme beaucoup d'énergie, on travaille à haute température. On a besoin d'une énergie pas trop chère et d'eau pour le refroidissement. Aujourd'hui, souligne le dirigeant de la fonderie, l'équation est insoluble. J'ai du mal à trouver le sommeil."

Jadis, l'usine était alimentée en électricité par une centrale hydroélectrique construite en 1927, deux ans avant la mise en service de la fonderie, à laquelle elle assurait une autonomie énergétique.

Depuis la route qui relie Toulouse à l'Andorre, se distingue une conduite qui descend de la falaise sur plus de 200 mètres et achemine l'eau d'un lac, sous pression, jusqu'aux turbines, situées près de la fonderie.

Pour couvrir ses besoins en électricité à l'époque, Pechiney construisait une centrale hydroélectrique pour chaque usine. Ces centrales ont été nationalisées après la Seconde Guerre mondiale et appartiennent désormais à EDF.

Désormais privé de cette autonomie, Thierry Cavinato doit aujourd'hui négocier sur tous les fronts : avec son fournisseur d'électricité, l'espagnol Iberdrola, mais aussi avec ses clients, notamment Airbus, "qui a un levier, une capacité de négociation, sur le coût de l'énergie, plus important que le mien".

Enrayer la hausse ou disparaître

L'inquiétude est générale parmi les entreprises sous-traitantes de l'aéronautique du bassin toulousain. À l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) d'Occitanie, Alexandre de Capèle, responsable de la commission du développement industriel, essaie d'accompagner les PMI dans leur stratégie financière.

"Le problème se pose pour les entreprises industrielles dont le contrat de fourniture d'électricité ou de gaz arrive à échéance", dit-il, évoquant des "sociétés pour lesquelles les coûts de l'énergie sont multipliés par cinq, par six ou plus"." "Entre le Covid, les problèmes d'approvisionnement, la hausse du coût des matières premières et la flambée des prix de l'énergie, il y a une fragilisation de la situation financière, surtout pour les petites entreprises de sous-traitance industrielle", s'inquiète-t-il.

Ainsi Aluminium Sabart sort d'un plan social, six emplois ont été supprimés. "On s'est battus pour sauver l'usine, j'espère que ces sacrifices n'auront pas servi à rien et qu'on ne baissera pas le rideau parce qu'on ne peut pas payer le jus", espère le directeur général de la fonderie, qui a fait toute sa carrière dans la métallurgie. Pour lui, la seule solution passe par un plafonnement du prix de l'électricité. "Sans ça, estime-t-il, c'est la fin de l'industrie lourde et de la métallurgie en Europe de l'Ouest."