La canette est éternelle, à condition de bien la jeter !!!

Près de 5 milliards sont consommées chaque année en France. Recyclables à l'infini, les canettes peuvent en revanche se révéler difficiles à collecter en raison de leur usage hors foyer. Reportage à la découverte du cycle de vie de cet emballage.

Légère, ergonomique, résistante, et recyclable à l'infini… La canette en aluminium a beaucoup d'arguments en sa faveur. Autre avantage environnemental : une canette de 33 cl ne pèse aujourd'hui que 12 grammes, ce qui permet d'optimiser les transports, mais aussi de limiter l'extraction de matières premières.

]

« C'est cette partie-là qui est la plus coûteuse en énergie, insiste Lucien Debever, délégué général du groupe d'intérêt économique La Boîte Boisson. Recycler une canette permet d'économiser 95 % de l'énergie globale nécessaire pour la concevoir. Toute l'économie d'énergie est à faire à la base, dans l'extraction des minerais. »

À Biesheim, dans le Haut-Rhin, les bobines d'aluminium fabriquées par Constellium, qui serviront, entre autres, à fabriquer des canettes, sont composées pour moitié d'aluminium recyclé. Le reste provient d'aluminium primaire, de l'aluminium de première main produit à partir du minage de bauxite.

L'entreprise alsacienne prévoit de se libérer de cette dépendance en investissant 150 millions d'euros pour augmenter ses capacités de recyclage. Un choix stratégique, sachant que l'aluminium de seconde main est beaucoup moins cher, en particulier depuis les hausses de prix records à la suite de la crise de la Covid-19 et de la guerre en Ukraine.

Améliorer la collecte hors foyer

Les bobines produites par l'entreprise alsacienne sont ensuite envoyées chez un fabricant de canettes. Cisaillées, compactées, vernis… Pas moins de neuf opérations sont nécessaires pour confectionner ces boîtes dont la paroi est plus fine qu'un cheveu.

Une fois remplies d'un breuvage et refermées, elles rejoindront les étals des commerces. Dans le meilleur des cas, elles finiront jetées dans une poubelle jaune et rejoindront un centre de tri. Mais aujourd'hui, encore 30 % des canettes sortent du circuit de recyclage. « La consommation hors foyer est pour nous un enjeu majeur. L'usage très nomade de la canette fait qu'on n'a pas toujours une poubelle de tri à proximité de soi dans la rue, au bureau ou lors d'un événement. C'est cet aspect de la collecte qu'il faut améliorer », souligne Lucien Debever.

Pour donner un coup d'accélérateur à la collecte hors domicile, la loi Anti-gaspillage et économie circulaire (Agec) prévoit la généralisation, en 2025, de la collecte séparée dans la rue et le renforcement des obligations de tri des déchets dans les établissements recevant du public.