Où se prendre un gauche

L’astrophysicien et militant écologiste a vivement interpellé les dirigeants d’entreprise sur l’urgence écologique, lors de l’université d’été du Medef, à Paris.

Par L'Obs Un discours qui tranche avec celui qu’on a l’habitude d’entendre au Medef. L’astrophysicien et lanceur d’alerte écologique Aurélien Barrau était l’invité de la table ronde « Autonomes et indépendants, mais européens avant tout de l’université d’été du patronat, aux côtés de Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, de François Gemenne (membre du Giec), d’Estelle Brachlianoff (directrice générale de Veolia) et de Thierry Martel (directeur général de Groupama).

Il y a tenu un discours inspiré sur l’ampleur du défi de l’effondrement écologique, interpellant vivement les chefs d’entreprise.

« Prenons l’homme le plus riche du monde : Elon Musk. Je pense que pour un entrepreneur, c’est un archétype de réussite. Qu’est-ce que le monde d’Elon Musk ? C’est un monde où l’on commercialise des lance-flammes pour s’amuser. C’est un monde où l’on tente de faire croire qu’une voiture de plus de deux tonnes qui emmène 500 kg de batterie est un objet écologique. Je reconnais que c’est un peu gros, mais que voulez-vous, certains sont dupes ! » Milliardaire, visionnaire, réactionnaire : les troublants visages d’Elon Musk Fait étonnant, le lanceur d’alerte a été, à une ou deux reprises, applaudi par le public. « Une bonne surprise », a-t-il noté, avant de rappeler que le nom de Greta Thunberg avait été hué en 2019 lors des mêmes universités d’été. Preuve que, lentement, les temps changent...