CENTRE PRESSE -

Si la Fonderie du Poitou Alu est liquidée, l'espoir subsiste de préserver un (petit) secteur de l'usine: l'atelier prototype ou « atelier des PMS » (pour « Petites et moyennes séries »), secteur « stratégique » de l'Alu, au savoir-faire « reconnu ».

Parce que cette unité ne manque ni de clients, ni de commandes, son responsable, Jean-Marie Bernaille, porte un projet de reprise au côté d'un co investisseur, ancien responsable d'une usine du Châtelleraudais.

Pour aboutir, les deux hommes ont demandé l'appui des pouvoirs publics. Pas simple: le dossier des Fonderies du Poitou est entre les mains d'un mandataire liquidateur. Or, l'atelier ne peut pas se permettre d'être fermé trop longtemps... Au risque sinon de voir ses clients s'évaporer.

 L'idée des pouvoirs publics est de convaincre le liquidateur d'organiser « rapidement » un appel d'offres « simplifié » pour la mise en vente spécifique de l'outil 
 industriel des PMS et, le cas échéant, de trouver des locaux dans le Châtelleraudais pour réimplanter l'activité.

Selon nos informations, deux autres investisseurs sont intéressés par ce projet de reprise.