L'EXPRESS -Par AFP

Nantes - Un homme-statue en costume un pied dans le vide, une fontaine qui débloque et déborde, une caravane en apesanteur sur un toit: le "Voyage à Nantes", parcours artistique estival devenu un moteur touristique de la ville, célèbre le "pas de côté" et la singularité.

 L'œuvre, intitulée "Nantes. Éloge du pas de côté", du sculpteur Philippe Ramette,

Sur la place du Bouffay, dans le quartier historique du centre-ville de Nantes, une étrange statue s'est immiscée au milieu des terrasses de cafés. La sculpture en bronze de 2,5 mètres de haut représente son créateur lui-même, l'artiste Philippe Ramette, affublé d'un costume, un pied bien posé sur son socle, l'autre en équilibre dans le vide.

L'oeuvre, intitulée "Nantes. Éloge du pas de côté", est un hommage à la ville et à son "attitude artistique, mais aussi mentale", .

"Nantes est une ville discrète, élégante comme ce personnage, mais qui a été capable de faire ce pas de côté. Cette oeuvre est vraiment une représentation de le la ville, c'est là et nulle part ailleurs",

Cette manifestation d'art contemporain a été lancée en 2012 avec l'objectif de "renverser" Nantes grâce à la culture tout en dopant la fréquentation touristique lors des deux mois d'été auparavant mornes.

Piwi: à coté de Nantes, à Carquefou, une petite fonderie, la fonderie Havard, aurait- elle fait un pas de côté ?

 OUEST FRANCE

La fonderie doit se mettre aux normes Mise en demeure par le préfet de sécuriser son atelier, l’entreprise Havard, conteste devant la justice l’ampleur des travaux et le délai imposés.

Difficile de l’imaginer au regard de cette façade anonyme. Mais les murs de ce bâtiment industriel de la rue de la Mainguais, à Carquefou, abritent un des fleurons de la fonderie française. Spécialisé dans les alliages cuivreux ou aluminium, le fabricant de pièces de précision (construction navale, machines-outils) « répond aux critères internationaux les plus exigeants » comme le dit son site Internet. Mais l’entreprise Havard, cette institution de plus de quatre-vingts ans, respecte-t-elle les normes de sécurité exigibles d’une ICPE (installation classée pour la protection de l’environnement) ?