LES ECHOS -

Les immatriculations de voitures neuves en France ont reculé de 10 % en mai, signant leur douzième mois de baisse consécutif dans un marché paralysé par la pénurie de puces électroniques. Aucun constructeur n'échappe à cette crise. Depuis janvier, la baisse atteint près de 17 %.

Entre janvier et mai 2022, 600.897 véhicules neufs ont été vendus en France.

Il s'est vendu 126.813 véhicules particuliers dans l'Hexagone le mois dernier, contre 140.040 en mai 2021, a rapporté le PFA - sachant que le mois de mai 2022 a compté deux jours ouvrés de plus que celui de 2021. Sur les cinq premiers mois de l'année, le recul est brutal avec -16,92 %, soit 600.897 véhicules neufs vendus en France.

Camouflet pour Tesla

Dans le détail, Stellantis accuse un recul de 9,82 % avec 40.034 voitures vendues, contre 44.393 en mai 2021. Depuis le mois de janvier, les ventes du constructeur, qui regroupe notamment les marques Peugeot, Citroën, DS et Opel, ont chuté de 22,15 %.

Renault (marques Renault, Dacia et Alpine) s'en tire mieux mais reste dans le rouge avec des ventes en recul de 7,48 % (32.957 en mai 2022 contre 35.623 en mai 2021). Sur les 5 premiers mois de l'année, le constructeur au losange affiche une baisse de 15.45 %.

Mais le camouflet le plus important revient à Tesla , qui n'a vendu que 152 véhicules en mai 2022 contre 2.111 en mai 2021, soit une chute de 92,80 %.