.....dans le village d'Orgelet

LA VOIX DU JURA

La nouvelle statue de la Place au Vin a été livrée comme un cadeau de Noël aux Orgelétains, après six ans d’absence. La statue de la commune de Montmirey a servi de modèle pour le remoulage de la Verseuse d’Orgelet : ; ici, lors de son démontage à Montmirey-le-Château le 26 juillet dernier.

Cette Verseuse de Dure, en fonte de fer sortie de la fonderie Durenne à Sommevoire, en Haute-Marne figurait sur la planche n° 201 du catalogue de 1 868 de la fonderie. Elle reprenait sans doute un modèle de la Renaissance, type école Fontainebleau, en faisant un modèle rare. Elle avait été repeinte lors de la réhabilitation de la Place au Vin cette année-là. Son vol survenu dans la nuit du 2 au 3 mars 2015, faisait partie d’une série d’autres, notamment d’objets de culte de la commune. La mairie avait porté plainte mais la statue n’a jamais été retrouvée.

Pour les élus et la population, c’était l’histoire d’Orgelet qu’on avait volée puisque la statue dérobée appartenait à la vie d’Orgelet et à son patrimoine. La statue était située sur un endroit phare d’Orgelet, car à l’époque, tout se déroulait sur cette place. Son vol avait suscité beaucoup d’émotions.

Pour les élus actuels, la statue était en effet un élément indétrônable du patrimoine local. Un questionnaire avait été mis en ligne auprès de la population pour recueillir son ressenti concernant la disparition de cette statue. Quant à son remplacement, 36 personnes avaient répondu favorablement et 5 étaient contre.

L’opposition est mitigée « Si l’objectif de remplacer cette statue est louable, cette initiative aurait mérité une concertation avec la population. Mais, comme bien souvent, la décision a été prise sans délibération du conseil municipal, et sans inscription de la dépense au budget », regrette l’opposition.

Les équipes techniques de la municipalité d’Orgelet venant juste de finir de poser la statue sur son socle qui l’attendait depuis six ans. Les équipes techniques de la municipalité d’Orgelet venant juste de finir de poser la statue sur son socle qui l’attendait depuis six ans. (©D.R) Une reconstruction à l’identique

Devant ce fait accompli et après différentes démarches, dont une auprès de monsieur Jean, architecte des Bâtiments de France, il a été décidé de la faire reconstruire à l’identique au sein de la même fonderie devenue en 1971 l’entreprise GHM. Elle a pris en mains le projet et s’est mise en quête d’une statue identique en France, sortie de leurs ateliers. Elle a été trouvée dans la commune de Montmirey-le-Château, dont le maire a répondu favorablement, donnant naissance à une belle collaboration. La statue a ainsi été démontée le jeudi 29 juillet et rapatriée dans l’usine de Sommevoire dans la foulée. Là-bas, une opération de démontage a eu lieu, suivie de techniques de fabrication inchangées depuis le début du XIXe siècle.

La mise en œuvre est très technique et mérite qu’on s’y attarde. En métallurgie, la fonte est un alliage de fer riche de 2,1 à 6,67 % de carbone. Le sidérurgiste peut aussi travailler la fonte d’aluminium et d’alliage de bronze. Tout démarre d’un modèle à l’origine en plâtre, issu d’un original modelé dans de l’argile. Ce qui fut le cas pour cette statue.

Ainsi, le 24 décembre, les équipes techniques ont créé la surprise en disposant la nouvelle statue sur son socle. Après avoir été posée, de nombreuses personnes s’arrêtaient devant et venaient la toucher pour voir s’ils ne rêvaient pas. Une inauguration officielle aura lieu lorsque les conditions sanitaires le permettront, en présence du maire de Montmirey, de la société GHM et du président de l’association de la fonderie, monsieur Hauer.