est décédé le 25 novembre . "Un prof et bien plus".

Une figure de ce lycée, une voix forte, ancien maire de son village, on aimait bien le retrouver aux rencontres ATF où il ne passait pas inaperçu.

Il m'avait dit avoir monté dans son jardin un atelier de fonderie (que je n'ai pas visité) pour lequel je lui avais fourni du sable. A sa famille, nous adressons notre sympathie et garderons les meilleurs souvenirs de nos liens très amicaux.

Merci à Yvon Folligné pour l'information que nous relayons.

J ai la tristesse d apprendre le décès de mon professeur , de notre professeur de fonderie du lycée Henri Brisson Vierzon. Je garde de très bons souvenirs de cet enseignant, un homme du métier que je n oublierais pas ! Sincères condoléances à la famille … courage

Sincèrement Julien Petit : Schtiot@gmail.com

MAJ : cet article sur la disparition de Jean Durel dans le Berry Républicain

Maire de Vignoux-sur-Barangeon de 1989 à 1995, Jean Durel est décédé mercredi 24 novembre, d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 76 ans. Cet Auvergnat d’origine, qui a enseigné la fonderie à Vierzon, au lycée Henri-Brisson, a marqué de son unique mandat le passage vers la modernité de son village rural, qu’il identifiait comme étant « la Sologne du sud », devenu une commune périurbaine, entre Bourges et Vierzon.

Maire progressiste Passionné de randonnée équestre, il a développé cette pratique touristique en créant des circuits et une Maison du cheval. Devenu maire à 44 ans, Jean Durel était apparu comme un progressiste.

Il a œuvré pour l’aménagement du bourg, traversé par la RN76 (actuelle D2076), pour la création de la zone d’activités de la Landette, l’extension de l’école, la fermeture de l’ancienne décharge de déchets ménagers, ou encore, l’implantation de la pharmacie.

Philippe Bulteau, maire depuis 2016, également pharmacien, se souvient d’un maire « très engagé. Lorsque je suis arrivé pour créer ma pharmacie, en novembre 1991, il s’est beaucoup démené pour faire aboutir ce projet. Son mandat a été un tournant pour la commune. »

Jean Durel, qui s’était représenté en 1995 pour un nouveau mandat, avait été battu par Marc Delas. Philippe Bulteau évoque « une forte personnalité. Il a été très déçu de ne pas être réélu. »

Le décès de Jean Durel laisse une famille dans la peine : son épouse Chantal, ses deux fils, Jean-Christophe et Jean-François, quatre petits-enfants et une arrière-petite-fille. Ses obsèques auront lieu mardi 30 novembre, à 14 heures, au crématorium de Theillay.