A la manière de Georges Perrec.

la fonderie détruite. en lieu et place un amphithéâtre

- Je me souviens parfaitement de ces lieux où se trouvait la fonderie du lycée. - Je me souviens des deux compères qui y officiaient : Raymond Sorgius et Max Monet-Descombey.

- Je me souviens qu’ils conviaient parfois leurs collègues, les professeurs d’enseignement général à venir assister à une coulée. Pour nous , c’était un spectacle superbe, nous avions l’impression d’être introduits dans l’antre de vulcain. Tout n’était que rougeoiement …. Evidemment nous évoquions un autre grand et célèbre fondeur : Benvenuto Cellini, qui en son temps avait écrit ses mémoires afin d’expliquer en quoi consistait son métier de fondeur et surtout comment il le pratiquait. cf les salières d’or créées pour François 1er. - Je me souviens de l’inauguration des équipements modernes : le four à induction par exemple. - Je me souviens des journées moulage JFBA dans l’atelier de fonderie où chacun essayait de faire son moule, en particulier, d’une année où les proviseurs essayèrent de faire le leur: M. le proviseur Dubusset dont je tenais à rappeler ici son passage parmi nous . Madame Vattier professeur agrégée de lettres, épouse du Pass chef des travaux

et vous pourrez apprécier les photos du professeur de francais Marc Levichen