Une centaine de salariés espèrent encore voir les machines repartir après les longs mois de lutte qu’ils ont mené partout en France.

France Info

“Le projet de Scop est finalisé, on va soumettre cela aux clients Renault et Stellantis et leur demander un engagement formel sur les commandes” résume Koray Sukran.

L’ancien syndicaliste aujourd’hui licencié espère que les constructeurs accepteront de s’engager avec la Scop. “C’est le seul espoir qu’il nous reste. Il n’y pas de raisons que ça ne marche pas, on livrait en temps et en heure.

On a le savoir-faire", assure-t-il. Koray Sukran espère voir un redémarrage de l'activité avec 100 à 120 personnes, avec le soutien de l’Etat et la Région. “La région, quant à elle, nous a indiqué qu’elle entrerait au capital à hauteur d’un tiers.

C’est ce qui a été promis par Marie-Guite Dufay, la présidente PS, pendant la campagne électorale » détaillait mi-septembre Nail Yalcin, de la CGT. L'échéance de la présidentielle en 2022, va-t-elle changer la donne et relancer la fonderie du Jura ? Le projet de Scop passera inéluctablement par une recherche d’autres marchés, autres que les pièces automobiles.