Les Echos -

Le Losange va annoncer un partenariat avec le chinois Envision pour la construction d'une gigafactory à Douai, représentant un investissement de 2 milliards d'euros et 2.500 emplois à horizon 2030. Il va aussi prendre 20 % de la jeune société tricolore Verkor, à qui il confiera la production de ses batteries haute performance, à compter de 2026.

Les batteries produites dans la gigafactory d'Envision équiperont notamment les futures R5 électriques, à partir de 2024.

Et de trois. Après l'usine de Stellantis (ex-PSA) et Total prévue à Douvrin , la France comptera finalement deux autres usines géantes de batteries dans l'Hexagone, initiées par Renault. Le Losange s'apprête à dévoiler ce lundi sa stratégie dans ce domaine , qui s'articulera autour de deux partenariats majeurs.

Le premier sera annoncé officiellement ce lundi matin dans l'usine du constructeur à Douai, en présence d'Emmanuel Macron, du directeur général de Renault, Luca de Meo, et du patron d'Envision, Lei Zhang. Il s'agit en effet d'un accord majeur avec le groupe chinois Envision, qui construira sur le site de Douai l'usine destinée à produire notamment les batteries de la future R5 électrique.

Investissement de 2 milliards L'investissement prévu est élevé : 2 milliards d'euros, pour construire 24 GWh de capacité à horizon 2030. De quoi équiper entre 400.000 et 500.000 voitures par an. La construction doit démarrer dès l'an prochain pour une première phase de 9 GWh, avec une entrée en production en 2024. L'usine emploiera 1.000 personnes à cette date, et jusqu'à 2.500 en 2030, promettent ses propriétaires.