Le Parisien -

Cinq malfaiteurs originaires de Roumanie s’attaquaient à des fonderies pour dérober des métaux précieux. En quelques mois, ils ont dévalisé près de 20 usines et dérobé plus de 500 000 euros de cuivre. Les hommes pénétraient de nuit par effraction dans des fonderies. Là, ils découpaient les câbles en cuivre et volaient également les machines professionnelles. (Illustration.) LP/Elie Julien

Toujours de nuit, toujours les mêmes cibles. Leur fonctionnement était bien rodé et leurs raids nocturnes très rentables. Cinq malfaiteurs originaires de Roumanie installés dans un camp de la banlieue lilloise ont été interpellés mardi par les enquêteurs de la section de recherches de Reims et les policiers du Nord. Ils ont été mis en examen cette semaine et sont suspectés de près d’une vingtaine de cambriolages d’usines. Le préjudice total dépasse les 500 000 euros.

Le 16 janvier dernier, cinq hommes pénètrent par effraction dans une fonderie basée à Nouzonville, au cœur des Ardennes. Les malfaiteurs découpent des câbles en cuivre placés sous la charpente de l’entreprise, dérobent des paillettes de cuivre et de l’outillage haut de gamme. Pour la fonderie, l’impact est lourd. Au-delà des matériaux volés, l’arrachage des câbles de cuivre perturbe le bon fonctionnement de l’usine pendant plusieurs jours.

Ils écumaient le nord de la France et recélaient en Belgique

Convaincus d’avoir affaire à des spécialistes qui n’en sont pas à leur coup d’essai, les gendarmes de la section de recherches de Reims effectuent un gros travail pour tenter de recenser d’autres faits au mode opératoire similaire. Les enquêteurs comprennent vite que leur équipe est déjà impliquée dans une douzaine de cambriolages de fonderies et d’usines de métallurgie, situées dans le Nord, l’Aisne et les Ardennes.

« Ces voleurs étaient plutôt bien organisés, souligne une source proche des investigations. Ils ne prenaient que les métaux les plus précieux, ceux qui sont actuellement difficiles à trouver et dont les cours sont élevés. » À chaque cambriolage, des machines ou des outils de professionnels qui peuvent coûter jusqu’à 5 000€ sont aussi emportés par les voleurs. Les métaux précieux et les outils étaient ensuite recelés en Belgique.

«Champion du vol de cuivre», l’Oise renforce son arsenal pour contrer ce fléau

Rapidement identifiés par les gendarmes, les suspects interpellés mardi auraient commis au moins 19 faits. L’information judiciaire devra établir s’il n’y a pas eu d’autres vols ailleurs en France. Dans le camp où ils étaient installés, dans les environs de Lille, les policiers et les gendarmes ont découvert des dizaines de paquets soigneusement remplis de cuivre ou d’un alliage à base de zinc particulièrement prisés des voleurs. Ils ont aussi saisi plusieurs outils de valeur. Les cinq suspects ont été incarcérés. Un sixième homme a été interpellé en Roumanie.