Les Echos -

A l'issue de la réunion des ministres des Finances du G7, ces derniers se sont engagés à fixer un taux d'imposition minimum d'au moins 15 %. Par ailleurs, les droits d'imposition de 20 % des bénéfices des plus grandes multinationales dépassant une marge de 10 % seront répartis différemment entre les pays.

Après 4 ans de combat, un accord historique a été trouvé avec les États membres du G7 sur la taxation minimale sur les entreprises et sur les géants du numérique.

La France peut être fière !