Les salariés de MBF avaient prévu ce jeudi 3 juin après-midi de discuter ensemble autour de la création d’une Scop pour tenter de trouver une issue et sauver 280 emplois de ce sous-traitant automobile en liquidiation judiciaire depuis novembre 2020. Mais à la dernière minute, changement de programme. En lisant le journal local, ils ont appris la venue de Julien Odoul, candidat du parti de Marine Le Pen aux élections régionales de Bourgogne Franche-Comté. « Julien Odoul a prévu de se rendre à la fonderie sanclaudienne, ce jeudi 3 juin, et d’y tenir son point presse ».

« Il s’impose. Il se croit président de région » Aussitôt lu, aussitôt un comité d’accueil s’est organisé. Pour Julien Odoul, ce sera demi-tour au rond-point. « Nous sommes à 200 mètres de l’entrée de l’usine, au rond-point, nous ne voulons pas qu’il vienne. Nous ne voulons pas le rencontrer ce monsieur-là. Nous avons été clairs, nous voulons bien que les candidats aux élections régionales viennent sauf ceux du Rassemblement National (RN) et ceux qui partagent les mêmes idées » prévient Koray Sukran, délégué Sud. « Les autres candidats nous ont appelés pour nous demander s’ils pouvaient venir, mais lui, non, il s’impose. Il se croit président de région » poursuit Nail Yalcin, délégué CGT.

Au téléphone, en arrière fond, on entend de la musique « J’ai rendez-vous à Pôle Emploi ». Sur place, un panneau noir avec deux photos, celle de Julien Odoul et une autre de Marine Le Pen. Toutes les deux sont barrées en rouge.

Finalement, Monsieur Odoul ne leur a rien apporté puisqu’il s’est déplacé à Saint-Claude mais n’est finalement pas venu rencontrer les salariés de MBF. Aurait-il eu vent de l’accueil qui lui était réservé ? A t-il deviné quelque chose en voyant les photos sur la page Facebook de « Mbf en lutte » ? Personne ne le sait.