France Bleu -

Dans un communiqué, la Fonderie de Bretagne annonce porter plainte après la publication d'une vidéo montrant la destruction d'un "outil de travail".

Dans un communiqué, le groupe Renault indique que la Fonderie de Bretagne a porté plainte contre X ce vendredi. Cette plainte fait suite à une vidéo postée sur les réseaux sociaux montrant la destruction d'un premier outil de travail et surtout des menaces de destruction d'autres outils de la Fonderie de Bretagne, selon les termes du communiqué.

Les salariés de l'usine avaient menacé de brûler les plaques-modèles de l'entreprise. Il s'agit de moulages de fonderie, constituant le modèle des machines à mouler. Chaque exemplaire coûte presque 100.000 euros.

À lire aussi Fonderie de Bretagne : des salariés bloquent la voie express pendant une heure, jusqu'à 5 km de bouchons Le groupe Renault rappelle que "s'il comprend les incertitudes, il n'acceptera sous aucun prétexte les menaces et les violences contre les personnes et les biens". Il dit réaffirmer "sa volonté de trouver une issue positive au processus entamé. Celle-ci passe par le dialogue et la reprise des activités".

Depuis le mois d'avril, les salariés de Caudan protestent contre la vente de la Fonderie par Renault. Ce lundi, ils ont empêché la tenue du CSE qui devait officialiser la vente. Invité de France Bleu Breizh Izel ce mardi, le directeur de la Fonderie, Jean-Luc Bois, a dit que la décision de Renault n'était pas remise en cause et que le groupe automobile était à la recherche d'un repreneur.