L'Humanité

Les salariés en lutte de la fonderie automobile ont obtenu de leur donneur d’ordres, Renault, des engagements écrits sur leurs principales revendications.

Ils ont occupé leur usine 24 heures sur 24, week-end compris. Après trois mois de lutte, les salariés de la fonderie Sam de Viviez (Aveyron) peuvent enfin souffler.

Jeudi, le syndicat CGT du site a levé le mouvement de grève après avoir « gagné sur les principales revendications », s’est-il félicité. Les salariés de la fonderie automobile, dont l’activité dépend à 80 % des commandes de Renault, sont parvenus à faire plier le constructeur. « Il s’agit d’une victoire très importante, qui, au-delà des salariés de l’entreprise, aura des retombées positives sur tout le bassin d’emploi, le département et la région », a insisté la confédération.

Concrètement, les grévistes ont obtenu du donneur d’ordres des engagements écrits certifiant