Centre Presse -

"On nous dit qu'il faut passer le cap de l'hybride, de l'électrification, c'est un point positif, parce que nous l'avons fait il y a deux ans", affirme le représentant CGT Sébastien Lallier."On nous dit qu'il faut passer le cap de l'hybride, de l'électrification, c'est un point positif, parce que nous l'avons fait il y a deux ans", affirme le représentant CGT Sébastien Lallier.

Dans le cadre d'une réunion du Comité stratégique de la filière automobile, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a fait part de sa "préoccupation" quant au devenir des fonderies n'ayant pas su se réinventer avec un plan de soutien de 50 M€ à la clé. Ce n'est pas le cas de l'usine Sam de Viviez, dont "60% du chiffre d'affaires est généré par la production de pièce pour moteurs hybrides ou électriques", selon ses représentants CGT.

La fonderie emploie en France quelque 30 000 personnes, dont 15 000 dépendent directement de l'industrie automobile. Alors que le ministre de l'Economie a prolongé le plan de soutien à la filière ce lundi dans le cadre d'un Comité stratégique, il a évoqué sa "préoccupation" pour le secteur de la fonderie, "trop concentré sur les métaux ferreux alors même que nous savons qu'ils vont être moins...