L'Etat veut "construire un projet de reprise"

Cette annonce a été faite alors que plusieurs élus du Grand Châtellerault et de la Vienne participaient hier à une réunion avec Agnés Pannier-Runacher, la ministre de l'industrie à Paris.

"Nous voulons passer dans une phase "post Liberty", l'Etat promet d'être aux côté du site industriel et des salariés et il veut accompagner un projet de reprise. Il financera probablement les périodes de recherche de repreneur et promet de faire son maximum pour susciter des candidatures de reprises.

Lors de cette phase de redressement judiciaire, qui peut prendre trois mois, il pourrait s'engager à hauteur de "plusieurs millions d'euros". Le soutien de Renault le principal client est évidemment plus qu'espéré.

Pour la Fonte, l'Etat assure qu'un projet de diversification vers d'autres activités est à l'étude. Cela permettrait de sauver au moins une partie des salariés. Mais il faudra, "quoi qu'il en soit accompagner socialement le mieux possible les salariés qui seront licenciés" selon le gouvernement. La fermeture est prévue en juin prochain.