la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo_dittamusto



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Rupt (55) Stéphane Bern sauveteur de cette maison de maître

La Fondation du patrimoine

Ce site a été sélectionné par la Mission Patrimoine 2021. Il bénéficiera du soutien financier de FDJ et du ministère de la culture. Ce projet ne fait pas l'objet actuellement d'une campagne d'appel aux dons auprès du public.

Vous pouvez toutefois soutenir la Mission Patrimoine ou un autre projet de celle-ci.

Intérêt patrimonial

Il s’agit d’une maison de maître de forge typique du XIXe siècle, réalisée à partir d’un petit château du XVIIIe siècle dont la structure est toujours lisible, notamment dans le grand salon.

Demeure de la famille Ferry-Capitain aux XIXe et XXe siècles, dont la fonderie en fait l’une des plus importantes de l’est de la France concernant l’histoire du fer, elle arbore tous les décors typiques de l‘architecture éclectique, tout en conservant la sobriété classique de la construction d’origine. Nichée au cœur d’un parc romantique encore présent, elle est représentative de l’art de vivre d’une famille bourgeoise dans l’épopée haut-marnaise de la fonte d’art au XIXe siècle.

Projet de valorisation En premier lieu, il s’agit de restaurer une maison de maître de forge et l’intégrer dans le circuit haut-marnais et meusien de la fonte d'art (avec Metallurgic Park, Ecurey, le Val d'Osne, etc.). Si des haut-fourneaux, paradis ou halls d'usine sont visitables, il n'existe pas de maison de maître de forge, élément stratégique de l'organisation de la Haute-Marne industrielle du XIXe siècle.

De plus, les propriétaires souhaitent mettre en valeur le jardin romantique qui entoure le château en y restaurant la serre et en travaillant le végétal, pour développer un échange productif de plantes locales en lien avec d’autres jardins du territoire. Le jardin et la maison, qui ne sera pas habitée, sont tous deux destinés à être ouverts au public. État de péril

L'ensemble est actuellement en très grand péril. Toutes les toitures et leurs éléments (cheminées, ferblanteries, etc.) sont abîmés et percés, avec des infiltrations sur les charpentes, qui commencent à montrer des signes importants de faiblesse. Si rien n'est fait d'ici deux ou trois ans, la survie de l'édifice est menacée : une partie des communs est d'ores-et-déjà effondrée.

Nature des travaux Il s’agit de restaurer l’ensemble des couvertures et façades afin d’assurer la pérennité de l’édifice et mener plus sereinement les autres restaurations à l’avenir. En parallèle, d'autres travaux, plus modestes, vont être réalisés (hors Mission) : nettoyage et replantation de l'ensemble du jardin, restauration des serres et intérieurs du château si les toitures sont sauvées, entre autres.

Les travaux de nettoyage du jardin ont déjà démarré et se poursuivront en 2021 avec la reprise des allées et le début des plantations.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet