la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo_dittamusto



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'économie française à nouveau à l'épreuve

Les Echos - Etienne Lefebvre - extraits

Les restrictions annoncées ne vont pas faire plonger la croissance, mais elles vont freiner les entreprises alors que l'activité repart de façon soutenue dans le monde.

Le climat des affaires et le moral des ménages mesurés par l'Insee ont affiché des scores étonnamment élevés en mars. Des signes que l'économie française a bien résisté au couvre-feu et aux nombreuses restrictions en vigueur depuis des semaines.

Pas d'arrêt brutal, mais un coup de frein à la reprise Mais après les annonces de ce mercredi le coup est rude. L'économie française, déjà affaiblie par un an de crise, va subir une nouvelle épreuve, le secteur du commerce en particulier

Risque de surchauffe aux Etats-Unis

Et à la différence de l'an dernier, le contexte international a changé. La France se retrouve freinée dans son élan de reprise quand le reste du monde accélère. C'est le cas depuis longtemps pour la Chine et une grande partie de l'Asie. C'est de plus en plus net aux Etats-Unis, où les craintes portent déjà sur les risques de surchauffe. A la fin de l'année, le PIB aura redépassé son niveau d'avant crise outre-Atlantique.

Le défi des entreprises françaises ne sera pas mince. Répondre aux commandes en temps et en heure, rester ambitieux sur les projets investissements que les concurrents asiatiques et américains vont multiplier, tenter de regagner le terrain perdu à l'export.

Sans oublier la pénalisation à court terme de l'attractivité du site France, Covid oblige, pour les investisseurs étrangers. Et la prolongation pour l'Etat d'un « quoi qu'il en coûte » qui était censé atterrir en douceur.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet