la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo_dittamusto



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Début d’incendie chez Fiday Gestion : la production à l’arrêt, les salariés évacués

L'Est Républicain -

Dans la nuit de mercredi à jeudi 1er avril, un incendie s’est déclaré au niveau d’un transformateur électrique de la fonderie Fiday Gestion. Compte tenu de la nature du site et de ses risques, de très gros moyens ont été mobilisés. Les salariés ont été évacués. L'incendie a pris au niveau d'un transformateur électrique.

L’alerte a été donnée ce jeudi matin à 2h par le personnel de la fonderie Fiday Gestion à Chassey-lès-Scey. Ces derniers ont constaté un dégagement de fumée dans le bâtiment principal de 23 000m2.

Rapidement, d’importants moyens ont été mobilisés, compte tenu de la nature du site, connu des pompiers qui en possèdent les plans. Des sapeurs de Scey-sur-Saône, Port-sur-Saône, Fretigney et Vesoul ont été déployés, dont la cellule mobile d’intervention chimique de Vesoul. Avec eux, une dizaine d’engins.

A leur arrivée, ils ont constaté la naissance d’un feu dans un transformateur électrique de 20 000 volts situé dans la partie fonderie de l’établissement, laquelle a été envahie par la fumée. L’électricité a été coupée sur l’ensemble du site. Le feu a pu être circonscrit au transformateur.

Maintenir l'alimentation des fours

La difficulté était de pouvoir réalimenter les différents fours, de 8 à 75 tonnes, contenant du métal en fusion, pour éviter qu’ils ne se refroidissent, que le métal durcisse et endommage l’outil de production. Les pompiers évoquaient également un risque de rupture des fours et d’écoulement du métal.

Les 42 salariés présents sur le site, en production au moment des faits, ont été évacués. Certains attendaient de pouvoir reprendre leurs affaires pour rentrer chez eux.

Vers du chômage partiel ? Pour Jean-Pierre Garnier, PDG de l’entreprise, présent sur le site, il était trop tôt pour savoir quand l’activité pourrait reprendre et si du chômage partiel serait mis en place. Ce dernier attendait de mesurer l’ampleur des dommages dans le bâtiment. La partie maintenance n’est pas impactée.

La société, spécialisée dans la fabrication de pièces de freinage en fonte (tambours et disques), emploie 270 salariés.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet