la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Renault : une perte historique de 8 milliards d'euros

Les Echos -

sur fond de chute des ventes liée à la pandémie et des difficultés de Nissan. Il a toutefois connu un net rebond au second semestre, de bon augure pour la nouvelle stratégie du groupe. Une perte historique. Après être tombés dans le rouge l'an dernier pour la première fois depuis 2009, les résultats de Renault ont viré à l'écarlate en 2020 . Déjà touché par une crise structurelle, liée notamment à des surcapacités de production et à son insuccès sur le segment des voitures familiales les plus rentables, Renault a en outre été frappé de plein fouet l'an dernier par la crise du coronavirus qui a entraîné la fermeture des usines automobiles pendant plusieurs semaines.

Le constructeur tricolore a ainsi vu ses volumes plonger de 21,3 % l'an dernier, à 2,95 millions de véhicules vendus. Une contreperformance qui a entraîné une chute de son chiffre d'affaires de 21,7 %, à 43,5 milliards d'euros, et de la marge opérationnelle de ses activités automobiles, qui a plongé dans le rouge à -1,4 milliard d'euros. A cela se sont ajoutées les difficultés de Nissan, qui a plombé son actionnaire français (à 43 %) de 5 milliards d'euros.

Coup de volant stratégique

Le Losange voit toutefois une lueur au bout du tunnel. Le second semestre a été nettement meilleur, avec un chiffre d'affaires en recul de « seulement » 8,9 %, une marge opérationnelle de l'automobile positive, à 3,5 % des revenus, et une perte nette réduite à 660 millions d'euros. « La résurrection du groupe a démarré », a déclaré le nouveau directeur général Luca de Meo, en commentant ces résultats. Le dirigeant italien, qui a pris ses fonctions en juillet dernier, a présenté son plan stratégique le 14 janvier , tournant résolument le dos à la course au volume engagée sous la houlette de son prédécesseur, Carlos Ghosn.

Commentaires

1. Le dimanche, 21 février 2021, 10:39 par Michel CHAPUT

Ne pas oublier que 5 milliards sont à imputer à Nissan, mais il ne faut pas oublier que celui-ci à contribué pendant des années aux résultats du losange.
J'ai toujours été impressionné de constater que la branche automobile ne rapportait que peu et ce quelque soit le volume vendu, cela signifie certainement que le point mort est beaucoup trop et que par conséquent un gros ménage s'avère nécessaire (structures ! frais fixes, pas assez de partage avec Nissan)
Aujourd'hui vient s'ajouter une crainte pour la gamme à venir: Renault à décidé de sacrifier ce qui se vent peu ou pas mais que va t'il rester au bout du compte ?
D'autre part lorsque l'on lit que la future Mégane sera exclusivement électrique cela me paraît assez utopique.
Sous peine d'être taxer par l'Europe un constructeur doit respecter les normes d'émissions, si un acheteur choisis un véhicule au dessus de la norme il paie un malus, double peine !!

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet