la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

POITOU : : les anciens GM&S venus soutenir les salariés de la Fonderie Fonte menacés de perdre leur emploi

France Info

Trois cents manifestants se sont rassemblés ce jeudi 21 janvier 2020 aux Fonderies du Poitou, à Ingrandes-sur-Vienne, pour une manifestation de soutien aux salariés de la Fonderie Fonte. 292 emplois y sont menacés et la fermeture du site est annoncée pour 2021. Sept anciens salariés de l'usine GM&S de La Souterraine étaient venus participer à la manifestation de soutien aux fondeurs d'Ingrandes dans la Vienne.

Certains sont venus de Caudan dans le Morbihan près de Lorient et travaillent à la Fonderie de Bretagne toujours sous la menace d'une fermeture, d'autres de Dunkerque dans le nord, de Cléon en Normandie mais aussi de La Souterraine dans la Creuse comme ces sept anciens salariés du sous-traitant automobile GM&S. On se souvient de ce conflit qui avait marqué le début du quinquennat d'Emmanuel Macron en 2017. Après plusieurs mois de combats, 157 employés du sous-traitant automobile travaillant pour les constructeurs français PSA et Renault ont été licenciés. 120 ont continué à travailler pour le repreneur du site creusois, LSI qui connaît aujourd'hui d'importantes difficultés. Les salariés ont subi plusieurs périodes de chômage technique et l'avenir du site est encore aujourd'hui assez incertain.

"C'est toujours les mêmes promesses et c'est toujours les mêmes échecs"

Ils étaient sept ce matin, six salariés de LSI et un ancien salarié licencié en 2017, à avoir fait la route depuis la Creuse. Ils ont répondu à l'appel lancé par la CGT de la Vienne et par la Fédération CGT de la Métallurgie pour le maintien du patrimoine industriel et de l'emploi en France. Parmi eux, Jean-Marc Ducourtioux, ancien délégué syndical GM&S et licencié en 2017, il a retrouvé du travail à mi-temps mais reste très amer et en colère face aux fermetures d'usines qui se répètent et se ressemblent.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet