L'interruption soudaine du trafic entre la France et le Royaume-Uni pourrait en effet perturber l'activité des industriels dont une partie de la production dépend d'usines situées au Royaume-Uni. C'est notamment le cas dans l'aéronautique, avec Airbus, et dans l'automobile.

Toyota a ainsi décidé de fermer plus tôt que prévu les portes de ses deux sites d'assemblage anglais et celles de son usine de Valenciennes, dans le nord de la France. La suspension du trafic entre l'Europe et le Royaume-Uni , qui vise à freiner la diffusion d'un nouveau variant du virus , plus contagieux, « perturbe le transport de pièces automobiles », a confirmé une porte-parole du groupe japonais.