Linkeded -

Tous les jours apportent leur lot de mauvaises nouvelles, ici c’est un grand groupe qui achète le silence des syndicats en payant très cher des départs en apparence volontaires. Une fois le chèque encaissé le volontaire se mettra à la disposition de pôle emploi et sera supporté par la collectivité.

Là, c’est un groupe étranger qui rentre au bercail en rapatriant au pays ce qu’il reste des productions.

Toutes les régions sont touchées, beaucoup de communes vont pleurer la fermeture de l’usine qui les faisait vivre.

Certains qui attendaient dans l’angoisse l’annonce de la liquidation de la leur se sentiront soudain libérés une fois la décision connue, mais ce sera de courte durée car une fois chacun rentré à la maison, la solidarité de façade, qui a permis de tenir lors des tables rondes et des séances photos devant des médias avides de malheur, tombera et ce sera chacun pour soi. Nous avons accumulé trop de handicaps ces décennies pour espérer que la relance sera naturelle .

La relance ne se fera que si les grandes entreprises françaises adoptent la plus grande solidarité à l’égard de leurs sous-traitants. Elles devront donner, comme le font les autres pays déjà, la préférence à nos PME et ETI qui fabriquent en France.

PATRICK BELLITY ESFF