la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les apports de Réaumur à la métallurgie

By Le métallonaute - Publié le 9 novembre 2020 Métal blog /CTIF

L art de convertir le fer forgé en acier - ouvrage de Reaumur Réaumur, physicien et naturaliste français du 18ème siècle développa en particulier les bases de la sidérurgie scientifique. Il vulgarisa la possibilité de transformer la fonte en acier en décrivant les techniques, matériels en vigueur à cette époque et en y apportant son éclairage. Au-delà de la métallurgie, il s’intéressa également à titre personnel à de nombreux domaines (botanique, insectes, …). La vie de Réaumur

Reaumur acteur de l'academie et homme de sciences.

René-Antoine Ferchault de Réaumur (appelé Réaumur) est né en 1683 dans une famille de petite noblesse à La Rochelle. Jeune scientifique admis à l’Académie des sciences en 1708 grâce à un mémoire de géométrie, il s’intéresse très tôt aux développements des technologies. Aussi, l’Académie le charge de diriger l’édition de la Description générale des Arts et Métiers. Il fut nommé directeur de l’Académie à de nombreuses reprises. Célibataire, sa fortune personnelle lui permettra de se consacrer entièrement à ses recherches, pour son compte personnel ou pour celui de l’Académie des Sciences. Réaumur sera l’objet, une bonne partie de sa vie, des attaques et provocations répétées de Buffon, protégé du Roi. Buffon cherchait en effet à être le « Newton du monde organique » et raillera de façon dogmatique, dans des pamphlets, le travail, la méthode et les observations de Réaumur. Réaumur décédera en 1757 d’une chute de cheval.

Les multiples domaines d’intérêt de Réaumur

Au-delà de son étude des différents métiers, Réaumur s’intéressa aussi à de très nombreux domaines de la physique et de l’histoire naturelle. En plus de la métallurgie, il se pencha ainsi sur la fabrication de la faïence, sur les ancres et les câbles de marine, sur la mise au point d’un thermomètre à alcool, sur l’étude des sucs gastriques des animaux, sur l’inventaire des rivières aurifères de France, sur la génétique (hybridation par isolement d’un caractère), sur l’étude des végétaux (fleurs et graines) avec le développement d’une première méthode botanique, sur l’étude des invertébrés aquatiques et insectes et invertébrés aériens, sur l’étude des poissons, …, des oiseaux. Il constituera au fil du temps un cabinet de curiosités voué à ses collections naturalistes, l’un des plus riches d’Europe. A sa mort, Buffon récupérera ses collections pour le Cabinet du roi (situé dans le Jardin des Plantes à Paris). Un siècle plus tard environ, en génétique, le modèle des expériences de Réaumur (sur des poules) sera repris par Gregor Mendel avec des pois pour établir les bases de la génétique moderne.

Une importation croissante d’acier du royaume de France

Académie des sciences du temps de réaumur.

Réaumur est chargé par l’Académie des sciences de faire paraître une Description des arts et métiers de l’époque. C’est dans ce contexte qu’il s’intéressera à la métallurgie, de plus en plus utilisé à l’époque, mais dont la dépendance de la France aux importations allait croissante. Cette recherche fut activement soutenue par Philippe d’Orléans (régent du Royaume pendant la minorité de Louis XV). Réaumur présentera ainsi à l’Académie des sciences dix mémoires sur la métallurgie entre 1720 et 1722 et rassemblera ses constats en deux ouvrages intitulés « L’Art de convertir le fer forgé en acier » et « L’Art d’adoucir le fer fondu ou l’art de faire des ouvrages de fer fondu aussi finis que de fer forgé ». Dans son Art de convertir le fer forgé, Réaumur exprime avec force les principes qui vont désormais guider les Académiciens et selon lesquels il s’agit de faire progresser les connaissances et de contribuer au développement de la communauté scientifique internationale. En 1721, le Régent le récompense pour ses recherches en lui attribuant 12 000 livres de rente annuelle, dont il fera cadeau à l’Académie.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet