la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

RESTER SUR LE CARREAU

Linkeded - Patrick Bellity ESFF -

Cette expression a des origines multiples et encore discutées. Le carreau serait le pavage mis dans les rues boueuses du moyen âge et y rester signifiait être dans la rue ou sur le pavé.

Plus récent, le carreau de la mine sur lequel les travailleurs journaliers non retenus restaient à l’écart des autres. Triste expression qui trouve un écho désolant aujourd’hui alors qu’au pays des mines 863 personnes vont rester sur le carreau, victimes d’une succession d’indécisions qui les dépassent et qui viennent leur rappeler des vérités que personne ne leur avait réellement exposées auparavant.

Tout d’abord la première; c’est l’entreprise qui paye les salaires et pas les élus locaux ou régionaux.

La seconde; les acquis sociaux sont acquis tant qu’une entreprise veut bien les payer.

La troisième; dans l’Europe des 27 il y a des pays qui attirent les entreprises par leurs bas salaires et leur temps de travail hebdomadaire supérieur au nôtre en touchant des subventions pour déménager nos usines.

Je préfère le volontarisme de la Ministre qui cherche une solution réaliste plutôt que la vindicte inutile d’élus locaux contre Bridgestone. Maintenant il va falloir des décisions pour sortir ces gens du carreau. Relocaliser en est une.

Commentaires

1. Le vendredi, 20 novembre 2020, 15:52 par Mèkilékon

https://www.capital.fr/entreprises-...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet