« Notre axe de travail consiste à essayer de trouver d’autres nouveaux clients, mais heureusement depuis le mois de juin, notre activité est correcte. » « Cependant, avec les trois mois de confinement, l’année ne sera pas bonne. » Le groupe Walor a obtenu un prêt garanti par l’État et il affiche un chiffre d’affaires de 240 millions d’euros. « Ce dernier mois a été marqué par les travaux dans l’usine. En collaboration avec la 2C2A qui est propriétaire du bâtiment. Il a fallu refaire une partie de la toiture très vétuste qui datait des années soixante. Soit 1250 mètres carrés de toit amianté. Sur un bâtiment qui couvre 15 000 mètres carrés. »

Si la situation s’est troublée en raison du Covid, l’usine a quand même de beaux projets devant elle. « Nous irons vers davantage de robotisation, car nous préparons de nouvelles bielles pour Volvo. Il y aura un investissement de deux millions d‘euros pour deux grosses nouvelles cellules de production. Cela nous donne de nouvelles perspectives et portera sur des postes qui sont pénibles pour les salariés. Donc la main-d’œuvre ne devrait pas être affectée. »