la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 31837
Aujourd'hui : 346
En ligne : 8

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fonderie, Le Bélier : le Chinois Wencan lance son OPA sur le reste du capital

auto actu.com -

(AFP) - La société chinoise Wencan a déposé une offre publique d'achat sur le groupe Le Bélier, spécialiste français en fonderie d'aluminium pour l'industrie automobile, dont elle détient déjà 61,96% du capital, a indiqué mercredi l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Les principaux actionnaires du groupe Le Bélier avaient approuvé en janvier la cession de la majorité de son capital à Wencan. Le Bélier, société cotée à la Bourse de Paris, emploie environ 3.400 personnes, dont 219 en France, à son siège girondin, et affiche un chiffre d'affaires de 359 millions d'euros dans la fabrication de composants moulés en aluminium pour les industries automobiles mais aussi aéronautiques. Coté à la Bourse de Shanghai, Wencan est spécialisé dans la fonderie sous pression pour l'automobile, et réalise un chiffre d'affaires annuel de 203 millions d'euros, avec 2.500 employés.

Wencan s'est engagé à acquérir la totalité des titres qu'il ne détient pas, pour un total de plus de 94 millions d'euros, au prix de 38,18 euros par action. Lors de l'annonce du projet fin 2019, le groupe français avait expliqué que, grâce à ce rapprochement, il "bénéficierait des technologies de Wencan pour renforcer son développement, en particulier en Europe et en Amérique du Nord, tout en étant en mesure de s'appuyer sur la position de Wencan en Chine pour accroître son activité (...) dans la région".

La transaction doit permettre aux deux groupes de "renforcer leur développement sur les marchés du freinage, de l'admission, du châssis, des pièces de structure et de celles liées aux véhicules électriques grâce à leurs technologies et positionnements géographiques complémentaires", avait déclaré Philippe Dizier, directeur général de Le Bélier.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet