Les Echos-

Cyril Abiteboul, ce quadra qui ne sort pas du moule des grandes écoles, se retrouve en charge d'un double défi historique chez Renault. Réimposer une écurie française sur les podiums de la F1 et redonner son lustre à une mythique marque du groupe.

Décidément, le hasard fait parfois très bien les choses. Né en 1977, l'année même ou Renault faisait ses grands débuts en Formule 1 et où Alpine cessait de produire sa mythique berlinette A110 après quinze ans d'une incroyable carrière, Cyril Abiteboul se retrouve aujourd'hui, âgé d'à peine plus de 40 ans, en charge de relever un double défi historique.

Cet ingénieur de l'ombre que seuls les aficionados de F1 connaissent vient de se voir confier par Luca de Meo , le nouveau patron opérationnel du groupe Renault, une double tâche : réimposer une écurie française sur le podium de la Formule 1, et faire d'Alpine la marque et la signature sportive et haut de gamme rentable d'un constructeur tricolore qui n'a jamais réussi à s'inviter sur le segment du luxe automobile.