la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fonderie du Poitou : des pistes pour l'avenir mais moins de Fonte

France Bleu Poitou FranceJeudi 24 septembre Par Vincent Hulin ,

Arnaud Tronche, directeur général d’Alvance, invité de France Bleu ce jeudi 24 septembre, fait le point sur la Fonderie Fonte qui va devoir se réinventer: "la fonte et les carters ce n'est plus l'avenir". Arnaud Tronche, directeur général d’Alvance

L'avenir du site d'Ingrandes-sur-Vienne c'est de moins en moins de fonte. Après avoir entendu les inquiétudes des 315 salariés via leurs représentants syndicaux, et le sondage effectué aujourd'hui c'est la direction d'Alvance qui prend la parole et qui nous fait le point sur l'avenir et les pistes de réflexions qui concernent la fonderie fonte qui perd de l'argent depuis des mois. Après avoir honoré les commandes de Renault notamment pour les carters, le site doit se remettre du Diesel Gate, et se réinventer.

De passage à Poitiers, Arnaud Tronche directeur général d’Alvance, répond à nos questions :

L'avenir du site se fera sans la fonte ?

- La fonte fait des carters pour le diesel, mais après le diesel et le Covid-19, aujourd'hui c'est une activité en forte déclin, avec une grosse concurrence et donc des prix qui sont tirés vers le bas et des moteurs diesel où la demande n'est plus du tout à la hauteur de l'offre. Alors on n'a pas aujourd'hui dit qu'on ne fera plus jamais de fonte on est en train de regarder si on est capable de conserver un filet de fonte, en réduisant certains coûts, en minimisant les pertes, et pourquoi pas être à l'équilibre.

Concrètement quelles sont les pistes envisagées ?

- Le reconditionnement de véhicules puisqu'à côté de notre site d'Ingrandes-sur-Vienne il y a Emil Frey et ses véhicules d'occasion qui doivent être reconditionnés. On parle de 30.000 véhicules par an. C'est une activité en croissance au niveau de la France qui est en train de se structurer maintenant saura-t-on ? Pourra-t-on mettre ce type d'activités sur notre site des Fonderies ? Aujourd'hui ce sont les questions auxquelles on essaie de répondre.

On a aussi regardé le reconditionnement de téléphones portables c'est une activité où il y a un besoin, qui se structure en revanche le besoin de fonds de roulement est très très élevé pour ce type d'activité ce qui pourrait être une barrière à l'entrée. Et surtout on regarde les activités pérennes sur le très long terme en faisant des métaux "bas carbone" on se concentre beaucoup sur la partie pièces aluminium. Donc allègement des véhicules, il y a un besoin. Alors à court terme ça ne sauve pas beaucoup d'emplois mais sur les quatre à cinq ans qui viennent si le marché est porteur on peut imaginer une activité qui peut générer entre 100 et 300 emplois sur le site.

Il va y avoir de "la casse", tous les emplois ne pourront pas être sauvés ? - Honnêtement aujourd'hui je ne saurai pas vous dire, on n'a pas fini notre étude... et on entend bien tous les employés qui nous pose cette question car c'est anxiogène cette situation, ça on le comprend, on l'entend, le risque justement serait qu'on hâte nos conclusions qu'on n'aille pas jusqu'au bout de notre exercice et qu'on croule sous la pression. Dans deux semaines on sera à même de dire : quelles sont les activités ? Combien d'emplois sont concernés ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet