Le dépouillement des bulletins doit débuter à 9 heures. « On a décidé de laisser à l’équipe de nuit (21 h-5 h 30) encore la possibilité de s’exprimer sur ce sondage », précise Alain Delaveau, de la CGT Fonte et secrétaire du CSE Liberty Foudry Poitou. L’option 2, le choix des fondeurs ?

On saura donc demain matin quel scénario de reconversion vont privilégier les fondeurs quant à l’avenir de leur entreprise : soit l’arrêt de l’activité fonte et la reconversion de l’activité (remise en état de véhicules d’occasion, reconditionnement de téléphones portables et mise en route de presses haute pression pour faire des éléments de châssis automobile…), soit la poursuite de l’activité fonte (carters) dans un premier temps avant une reconversion à terme sur les activités évoquées.

Selon nos informations, c’est l’option n° 2 qui aurait les faveurs des votes, conformément à la ligne de conduite des organisations syndicales et représentants des salariés. Carnet de commandes et cœur de métier obligent. « Nous voulons être au maximum des fondeurs. Renault nous a attribué un carter qu’on doit faire, la K9 Gen 8, pour les petits diesels. Cette commande, sur trois ans, ne couvre que 25 % de la production à l’année. Le reste, ce sont des pièces en fin de vie qu’on fait déjà, comme le carter fonte (F4) pour le Dacia Duster. » Seule certitude du vote, plus de 50 % des salariés de l’usine avaient voté hier dans le cadre de ce sondage proposé par le groupe Alvance (Liberty), propriétaire des Fonderies (Fonte et Alu). « On devrait arriver aux alentours de 70 % de taux de participation avec l’équipe de nuit et ce sera pour nous déjà une – première – victoire. »

La vérité des urnes respectée ?

Au-delà du vote, les organisations syndicales attendent beaucoup des commentaires des votants qui accompagnent les bulletins. Petite indiscrétion : on sait que certains des salariés sont partisans d’un « PDV » ou Plan de départ volontaire. Une fois les résultats proclamés, c’est le groupe britannique du milliardaire Sanjeev Gupta qui décidera de suivre ou non la vérité sortie des urnes. Le pire n’étant jamais certain, le groupe pourrait aussi se résoudre à terme à choisir l’option zéro qui n’est autre que la fermeture de l’entreprise fonte…

_