Si ceux qui en font la profession souhaitent « consulter » des porteurs d’informations factuelles pour prendre des décisions plus éclairées, leur refuser cela serait faire preuve d’un sens citoyen discutable, et en pareil cas il serait assez mal venu de se plaindre ensuite que nos chers édiles décident « n’importe quoi ». Je continuerai donc à fréquenter les « grands élus » chez qui je peux avoir un accès, même si cela fait courir le risque qu’un certain journal du soir aimant rien tant que la polémique parfois (et qui ne m’a pas contacté le moins du monde avant de me coller cette étiquette sur le front) me présente comme virtuellement encarté chez mon interlocuteur du moment.

Cette petite lecture du matin, qui réveille je la dois à mon ami Jacques Werdefroy que je remercie ici.

https://jancovici.com/publications-et-co/bric-a-brac/suis-je-un-conseiller-de-francois-bayrou/