L'Usine Nouvelle -

Inquiets devant le "risque de décrochage de l’industrie", l’UIMM et trois syndicats de la métallurgie réclament la création d’un fonds de relance pour l’industrie et une série de mesures pour que son poids ne descende pas sous la barre des 10% de PIB. Le cri d’alarme et les propositions de la métallurgie et de ses syndicatsLa métallurgie craint la fermeture de nombreuses PME et la perte de savoir-faire industriels pour la France.© UIMM/DR

Avant l’été, le lobbying de la métallurgie avait payé : le système d’activité réduite de longue durée réclamé par la branche dans un texte signé le 18 mai par les représentants patronaux et syndicats, a été repris par le gouvernement. Une loi rend désormais accessible à toutes les entreprises ce dispositif qui leur permet de laisser passer le vent du boulet sans licencier, pendant plusieurs mois.

Forte de son dialogue social et économique de qualité, la branche récidive. Trois de ses syndicats (CFE-CGC, CFDT, FO) ont signé avec l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) un deuxième manifeste, "pour la relance de l’industrie française".