actu daily _

« Depuis sa création en 1796, la fonderie Paccard a travaillé au service de la foi chrétienne en réalisant des cloches pour des églises et des chapelles à travers le monde entier. Aujourd’hui, son activité se diversifie par l’utilisation de la cloche dans un contexte non religieux, notamment en l’associant à des technologies de pointe », rappelle l’entreprise installée sur les bords du lac d’Annecy, en Haute-Savoie. La famille Paccard, détentrice des secrets de fabrication jalousement gardés de l’une des dernières fonderies de cloches de l’Hexagone, a été conduite à exporter ses talents : 80% de sa production est vendue à l’étranger (Etats-Unis, Canada, Australie, Espagne, Vietnam…). Et la marque plus de deux fois centenaire garantit « une parfaite musicalité et une qualité irréprochable » à ses cloches.

Des cloches qui partent aux quatre coins du monde

Pour ce document du magazine « 13h15 le samedi« (Twitter, #13h15), signé Marion Baillot, James de Caupenne et Guillaume Salasca, la famille Paccard a ouvert les portes de sa fonderie et levé le voile sur une commande exceptionnelle : six cloches au décor particulièrement soigné à l’attention d’une abbaye américaine de moines catholiques.

Si les cloches s’en vont à Rome pendant la semaine sainte, selon la légende, pour revenir dans la nuit du samedi au dimanche de Pâques chargées de friandises à l’attention des enfants, celles estampillées Paccard voyagent à tire-d’aile vers toutes les latitudes. D’est en ouest, du nord au sud, elles sonnent les heures dans les villes et les campagnes, invitent à la prière ou offrent aux passants un petit intermède musical qui suspend un bref instant l’écoulement du temps…