la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Renault se déplace aux Fonderies du Poitou dans un climat respectueux mais prudent

La Nouvelle République _

À l’issue d’une longue réunion à huis clos, Bruno Moustacchi est venu à la rencontre des salariés dehors. Ingrandes-sur-Vienne. Le directeur des achats de Renault a rencontré hier la direction et les élus du personnel de la Fonderie du Poitou Fonte. L’avenir de la société reste incertain, le dossier devrait vite se décanter.

La venue d’un haut dirigeant de Renault aux Fonderies du Poitou. La scène est rare. Le constructeur, client unique de la Fonderie Fonte, détient une (bonne) partie de l’avenir du fabricant de carters, en grande difficulté économique et financière. « Il a la clé, il peut décider d’arranger tout le monde », résume Alain Delaveau, délégué CGT de l’entreprise.

Renault, le messie ? Dès son arrivée, Bruno Moustacchi, directeur des achats de la firme au losange, calme les ardeurs : il n’est venu faire « aucune annonce », simplement « échanger », en tant que « client de l’entreprise », avec la direction et les élus du personnel sur les « possibilités de reconversion ». Fermer la Fonte ? Liberty ne « l’espère pas »

S’en suivent, entre les trois parties, deux bonnes heures de réunion à huis clos. Dehors, une centaine de salariés de la Fonte patientent autour d’un barbecue.

13 heures, la réunion se termine. Alors qu’Alain Delaveau engage le débriefing avec ses « camarades », il est rejoint par des invités surprise : Bruno Moustacchi, Arnaud Tronche (directeur général d’Alvance, une entité de l’actionnaire Liberty House) et Guy Jansen (directeur général des Fonderies du Poitou) entre autres.

Dans un climat de respect mutuel, un long échange s’instaure. Guy Jansen rappelle d’abord que la réunion « s’inscrit dans le cadre de l’étude du cabinet Berger », chargé d’explorer les possibilités de reconversion de la Fonte. « On doit construire ensemble l’histoire de la réindustrialisation du site. Vu les derniers résultats opérationnels, qui sont excellents, beaucoup de choses sont possibles, on compte sur vous ! », déclare-t-il aux salariés.

Arnaud Tronche assure que « le seul but » de Liberty est de « sauver le maximum d’emplois sur les dix à quinze ans qui viennent ». Les fondeurs font la moue : ils n’ont plus foi en l’actionnaire, qui les a « menés en bateau » depuis le rachat en mai 2019.

Le porte-parole de Liberty affirme que trois options sont sur la table : « 1 – Il n’y a pas d’avenir, on arrête ; 2 – On maintient l’activité fonte et on va chercher de nouvelles pièces ; 3 – Il y a un avenir en dehors de la fonte, alors on met en place la diversification ».

Il précise qu’il « n’espère pas l’option 1 » et qu’il ne « voit pas d’avenir à moyen terme » à l’option 2. « Il faut réindustraliser dans des domaines qui nous éviteront de devoir faire l’aumône tous les deux ans auprès de Renault et de l’État. »

Alain Delaveau soumet une « option 4 » : « Renault nous accompagne encore trois ou quatre ans et en parallèle, on met en place la diversification ». « Renault a mis sa quote-part » Une piste battue en brèche par Bruno Moustacchi, dont la parole est très attendue : « Avec les volumes actuels, la Fonderie Fonte n’est pas rentable. Avec 11 millions d’euros injectés depuis quinze mois, Renault a mis sa quote-part, il n’a pas les moyens d’aller au delà. D’autre part, on ne va pas inventer de volumes et Liberty dit qu’il ne mettra plus d’argent dans la Fonte… » Bref, « ça ne peut pas continuer ainsi ! Il faut trouver une solution acceptable d’un point de vue industriel, économique et social. »

Les conclusions du cabinet Berger seront présentées au Comité social et économique de la Fonderie Fonte lundi prochain. C’est sur cette base que l’actionnaire et ses « partenaires, Renault et l’État », arbitreront. Probablement « en septembre ». En jeu, l’avenir de 300 salariés.

Commentaires

1. Le vendredi, 24 juillet 2020, 09:46 par Centre Presse

Deux pistes de diversification retenues pour la fonderie fonte

Réunissant le cabinet Berger, la direction et les organisations syndicales (CGT et CFE-CGC), le groupe de travail destiné à trouver des pistes de diversification pour la fonderie fonte, dont la production exclusive de carters ne paraît plus viable aujourd'hui, s'est réuni hier pour la troisième et dernière fois. Selon Alain Delaveau, délégué CGT de l'entreprise, deux ont été retenues.

« Dans les deux pistes, on garde les 300 emplois mais c'est un peu tiré par les cheveux », confie-t-il, ne pouvant en dire beaucoup plus pour l'instant. Il précise seulement que, dans chacune d'elles, les salariés, qui seront orientés vers de « nouveaux métiers », travailleront pour « plusieurs secteurs ».

Les deux pistes seront présentées par la direction lundi matin au comité social et économique de l'entreprise puis aux salariés. Que se passera-t-il ensuite? « Après, on va retravailler avec la direction pour voir comment on peut aller vers une diversification », indique Alain Delaveau. Une diversification qui reste encore à définir.

2. Le vendredi, 24 juillet 2020, 10:07 par La Croix

Le britannique Liberty reprend France Rail Industry et Ascoval

Les faits L’acquisition de France Rail Industry par Liberty reste conditionnée à l’avis du ministère de l’économie, qui considère le fabricant de rails comme un « actif stratégique ».

3. Le vendredi, 24 juillet 2020, 10:39 par piwi

À NOTER

Liberty, qui emploie 30.000 personnes dans 10 pays, est devenu le huitième producteur d’acier
mondial, hors Chine,

avec une capacité de laminage de 18 millions de tonnes et

des ventes annuelles de près de 15 milliards de dollars.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet