la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 17252
Aujourd'hui : 192
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

113 catégories de produits « sensibles » et « à fort enjeu » de relocalisation

Une base de travail pour les industriels tricolores.

D'après Les Echos Alors que la production tricolore perd du terrain sur ses concurrents européens, il s'agit maintenant pour les bonnes fées de l'industrie française de déceler les domaines dans lesquels le Made in France pourrait être densifié.

Le sujet fait déjà beaucoup de bruit. « La réindustrialisation est prioritaire, la relocalisation est prioritaire », a martelé mardi Bruno Le Maire , désormais ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance.

Agir sur le fond

« une relocalisation industrielle est nécessaire et faisable », La France d'après cherche la route de la relocalisation

En se focalisant sur la demande (pour une fois), quatre secteurs sont ciblés - santé/pharmacie, agroalimentaire, électrique et industrie manufacturière, pour identifier 113 catégories de produits « sensibles » et « à fort enjeu » de relocalisation.

Parmi 58 produits particulièrement « propices » et « prioritaires » 20 d'entre eux, comme les robots chirurgiens, les emballages recyclables ou les services d'impression 3D métallique, il s'agit d'ancrer les nouvelles fabrications en France. Pour le reste, il s'agit de rapatrier des productions effectuées aujourd'hui dans des pays matures, comme les moteurs électriques ou les produits réfractaires.

Débloquer les situations

Ces 58 produits pèsent 115 milliards d'euros d'importations annuelles. Si la fabrication de 20 % d'entre eux retrouve le territoire français, cela permettrait de créer 75.000 emplois directs, selon PwC. « La meilleure relocalisation, c'est de ne pas localiser à l'étranger les produits pour les nouveaux marchés », souligne Olivier Lluansi. « Il y a plusieurs types de relocalisation : certaines peuvent être rapides, s'il faut juste changer de fournisseur et si l'offre française est existante ; d'autres sont plus longues, plus chères et beaucoup plus compliquées », abonde Marc Sauvage, le vice-président du Conseil national des achats.

La cristallerie d'Arques, reflet du combat du Made in France « d'après »

Pour accompagner le mouvement et « estomper » les sombres perspectives de l'emploi industriel post-Covid, Olivier Lluansi préconise de regarder dans le détail de chaque filière, pour lever les éventuels blocages réglementaires notamment, ou encore de continuer à identifier les zones prêtes à accueillir de nouvelles lignes (que ce soit au niveau du foncier, de l'administratif ou des compétences. Sans oublier la nécessité de travailler au corps les acheteurs des petites et grandes entreprises pour les convaincre de considérer l'achat d'une pièce dans sa globalité, en comptant les coûts de structure à l'étranger et le coût du transport - bref en n'oubliant pas les coûts cachés d'un produit made in China.

Commentaires

1. Le dimanche, 12 juillet 2020, 18:13 par Jaqe W

Je note, dans l’énumération de produits à relocaliser, les « produits réfractaires »

Pourquoi pas ?

Cependant, il faut se rappeler que ces produis sont confectionnés au plus près des carrières dont ils sont issus.

De nombreux exemples existent.

L’un des acteurs majeurs est le Français IMERYS qui possède et exploite de nombreux sites, de matériaux bruts divers.

Faudrait il transporter vers les industries utilisatrices les bruts et les affiner au plus près ?

Commentaire d’un vrai connaisseur :
« De nos jours les matières premières utilisées dans les produits réfractaires proviennent en majorité des pays détenteurs des gisements. En ce qui concerne les produits basiques (les plus utilisés) la plus importante est la magnésie qui provient essentiellement de Chine, Amérique du Nord, Brésil. Pour les produits alumineux les chamottes, bauxites, alumines proviennent également de Chine bien que l’on puisse trouver des productions locales.
Ce qu’on a pu constater c’est que jusqu’à peu de temps en arrière il était plus économique de faire venir des briques basiques de Chine, Thaïlande, Turquie que de les fabriquer en Europe. D’où la décision de la CEE d’imposer une mesure antidumping à l’importation de ces produits. Cette décision a été prise suite à la pression de RHI (le plus gros réfractoriste européen sur la CEE afin de protéger les sites de productions européens. »

Ou continuer, comme dans le seul exemple de l’andalousite d’Afrique du Sud, acheter le produit élaboré, dans la mesure où les qualités de cette andalousite la rendent quasi irremplaçable ?

Le seul avantage que j’y vois est le travail fourni ici et non plus là.

Le transport, aux stériles près, est le même et l’énergie nécessaire ici, dans la cas de la France, est largement décarbonée.

La seule façon raisonnable de moins utiliser ces matériaux, au delà des progrès à la tonne, est de moins, ou plus du tout, produire aciers et autres en France, Europe.

Avec bien d’autres surprises.

2. Le dimanche, 12 juillet 2020, 21:15 par Jaqe W

GIGI, DOCUMENT PRESENTÉ EN 2000

TODAY’S REFRACTORY MARKET AND THE REFRACTORY MARKET OF THE FUTURE

John Miller, RHI Refractories America, U.S.A.
Introduction
Since its beginnings in the last century, the refractory industry has developed in parallel to the industries it serves. Today approximately 2,000 companies around the world produce about 40 million tons of refractory material per year.
Unfortunately, our ability to produce refractories is out-pacing the demands for these products. This is due primarily to three factors:
• The consolidation among our customer industries.
• Improvements in customer manufacturing processes, which lessen the demand for refractories.
• Our own ability to dramatically enhance our products and extend refractory service life.
This combination of factors has conspired to create excess refractory capacity, a situation that doesn’t appear to be diminishing anytime soon, despite all of our best efforts.
Let’s take a look at some customer process technology changes and how these advances have affected the refractories industry, beginning with the steel industry.

3. Le dimanche, 12 juillet 2020, 21:26 par Jaqe W

Company            Sales revenue
                                 2004 (M €)

RHI                                1 102
VESUVIUS
KROSAKI                          600
SHINAGAWA                    454
CALDERYS                       340
MINTEQ                             241
ALLIED MINERALS
SAVOIE REF VENISSIEUX 47
TRB (2003)                           29

4. Le lundi, 13 juillet 2020, 09:09 par Jaqe W

le connaisseur dont je parle est Emilio VILAPLANA, réfractologue avisé s'il en est

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet