la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 24490
Aujourd'hui : 268
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Première entreprise visitée par le Premier ministre Jean Castex : X-Fab est un fondeur allemand .....de semi-conducteurs !!!

Usine Nouvelle -

Qui est X-Fab, la première entreprise visitée par le Premier ministre Jean Castex ?

Le nouveau Premier ministre Jean Castex a réservé au lendemain de sa nomination, le 4 juillet, son première déplacement à l’usine de X-Fab à Corbeil-Essonnes. Une entreprise de fabrication de puces confrontée à une double pression : une forte concurrence internationale et l’impact de la crise sanitaire du Covid-19.

Le fondeur de semiconducteurs X-Fab fait de la France le moteur de sa croissance d’ici 3 ans Le plan américain de plus de 25 milliards de dollars pour rester en tête dans les puces

Samedi 4 juillet 2020, le nouveau Premier ministre Jean Castex a effectué son premier déplacement dans une usine, celle de X-Fab à Corbeille-Essonnes (Essonne). Histoire de prendre concrètement le pouls des difficultés rencontrées par les ETI de la high-tech dans ce contexte du Covid-19.

Retournement du marché

X-Fab est un fondeur allemand de semi-conducteurs, c’est-à-dire un fabricant de puces électroniques en sous-traitance. Il est d’ailleurs le plus grand acteur européen dans ce domaine. S’il n’est pas en compétition frontale avec les deux géants mondiaux du secteur, le taïwanais TSMC et le coréen Samsung Foundry, il affronte directement des concurrents bien plus gros que lui comme le taïwanais UMC, l’américain GlobalFoundries ou l’israélien TowerJazz.

La société, qui compte 3 800 personnes et six usines dans le monde (une en France, trois en Allemagne, une au Texas et une au Malaisie), est confrontée à un contexte compliqué avec un marché mondial des semi-conducteurs qui a plongé de 13 % en 2019 selon le cabinet IC Insights et qui pourrait se maintenir dans le marasme en 2020 du fait de la crise sanitaire du Covid-10.

En 2019, il a vu son chiffre d’affaires chuter de 14 % à 506 millions de dollars, encaissant une perte de 49 millions de dollars. Et l’année 2020 se présente mal avec un chiffre d’affaires en baisse de 7 % à 470 millions de dollars et une perte de 50 millions de dollars selon les prévisions de certains analystes.

Histoire mouvementée

L’usine de Corbeil-Essonnes, qui emploie environ 900 personnes et réalise 120 millions d’euros de chiffre d’affaires, est l’une des premières en Europe dans la fabrication de puces électroniques. Elle a démarré son activité en 1964 chez IBM. En 1999, elle devient une société indépendante de fonderie de semi-conducteurs sous le nom d’Altis Semiconductor avec une capacité de production de 35 000 plaquettes de 200 mm par mois. Mais des difficultés récurrentes l’ont menée à la faillite en 2016, ce qui lui a valu d’être rachetée par X-Fab pour un peu moins de 10 millions d’euros.

Sur le même thème: X-Fab sauve Altis Cette histoire mouvementée montre les difficultés pour un petit acteur européen de trouver sa place sur un marché des services de fonderie particulièrement concurrentiel et de plus en plus dominé par des gros acteurs asiatiques.

Commentaires

1. Le mardi, 7 juillet 2020, 21:34 par piwi

Cette entreprise, on l'a bien compris, n'est pas une fonderie au sens où nous, on l'entend.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet