la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 17214
Aujourd'hui : 154
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le Patron de Saint Gobain, Pierre André de Chalandar s'exprime

ainsi dans Les Echos -

"le « monde d’après », sera plus digital. La crise sanitaire a accéléré le changement. Cela a été flagrant chez les petits artisans constituant la clientèle de La Plateforme du Bâtiment. La grande majorité d’entre eux a continué à travailler lors du confinement et La Plateforme a continué à les servir, mais ils devaient commander essentiellement en ligne. Résultat : La Plateforme du Bâtiment, qui n’enregistrait encore que 5 % de commandes passées via Internet avant la crise sanitaire, est passée à 75 % au pic du confinement. Aujourd’hui, les commandes en ligne, restent durablement supérieures à 10 %. Elles ont doublé en trois mois, ce que nous pensions faire en trois ans.

Deuxième enseignement de la crise : malgré cette digitalisation en accéléré, dès qu’ils l’ont pu, les artisans sont revenus, ils ont envie d’être conseillés et de discuter. Ce constat valide notre vision du point de vente comme lieu de socialisation et d’échange entre professionnels et confirme notre stratégie omnicanale. Le « monde d’après » sera donc aussi plus local en dépit du digital… Cette aspiration des gens au local était déjà un mouvement de fond avant la crise sanitaire.

A titre d’illustration, notre propre réorganisation il y a deux ans s’inscrivait dans cette tendance. A l’époque, Saint-Gobain avait choisi de décentraliser les circuits de décision vers les équipes locales au sein de chaque pays, pour être cohérents avec la réalité des métiers du bâtiment : ils sont locaux,

nous produisons là où nous vendons. Depuis, la crise sanitaire a renforcé cette aspiration au local, qui participe d’un développement plus durable, moins carboné. Cette crise va-t-elle aussi affecter la sphère politique ?

On assistait déjà depuis quelque temps à une forme de retour de l’Etat. Le côté positif, c’est que les Etats se sont pour la plupart mobilisés en cette période de crise. En France, tout n’a pas été parfait, mais le sujet était difficile et la réponse du gouvernement a été globalement rapide et efficace. La France a bien géré cette crise, en particulier sur le front économique. Le côté plus négatif est que cette crise a aussi démontré de façon extrême que le repli sur soi, la montée du nationalisme et les attaques contre le multilatéralisme auxquels on assiste depuis deux-trois ans peuvent s’avérer très pénalisants. Et face à une gouvernance mondiale inexistante, nous assistons aussi à un retour des Etats dans l’économie, incarné par Donald Trump ou encore Xiinping. Et plus les Etats interviennent, plus le nationalisme monte. Je pense que nous entrons dans un monde plus difficile. La Convention citoyenne défend l’idée d’un crime d’écocide. Qu’en pensez vous ?

La priorité n’est pas de modifier la Constitution sur des sujets tels que celui-là. Il faut continuer à responsabiliser les citoyens comme les entreprises plutôt que de rajouter encore une forme de risque juridique. Je le répète, je ne crois pas à l’écologie punitive. n Son actualité La crise n’a pas épargné le géant français des matériaux de construction et du verre pour l’automobile mais Saint- Gobain profite déjà du redémarrage de l’activité économique, et pourrait surtout être dopé par des plans de relance qui devraient faire la part belle en Europe aux considérations écologiques. La santé du champion de l’efficacité énergétique du bâtiment dépendra tout de même de l’évolution d’une conjoncture économique à moyen terme qui reste incertaine.

La revente avec une importante plus-value de ses actions du groupe suisse Sika qu’il convoitait depuis 2014 a néanmoins rempli son coffre-fort.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet